Etats-Unis : un policier blanc tire huit balles dans le dos d'un noir après un banal contrôle routier | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etats-Unis : un policier blanc tire huit balles dans le dos d'un noir après un banal contrôle routier
©New York Timse

Bavure

Etats-Unis : un policier blanc tire huit balles dans le dos d'un noir après un banal contrôle routier

Le policier a nié les faits mais une vidéo du drame a été filmée par un passant.

Les tensions ne risquent pas de retomber aux Etats-Unis après l'interpellation pour meurtre de Michael Slager, 33 ans, policier de la ville de North Charleston, en Virginie du Sud.

Tout débute le 4 avril, lorsque la police arrête un conducteur noir d'une cinquantaine d'années pour un feu cassé sur son véhicule. Ce dernier s'enfuit dans un petit parc avant d'être rattrapé par Michael Slager. Mais le conducteur repart de nouveau dans sa course, tandis que le policier dégaine immédiatement son arme de service : huit balles percutent le dos de la victime.

Mis en cause, le policier affirme qu'il a agi par légitime défense, prétextant que l'homme allait se saisir d'une arme et le rapport de police expliquait même que le policier avait tenté de ranimer la victime. Mais le 8 avril, une vidéo filmée par un passant éclaircit la situation et montre que les coups de feu ne répondaient pas à une menace. Surtout, il n'a rien tenté pour sauver la victime. Michael Slager a été inculpé pour meurtre. D'autant plus qu'il semble poser un objet près de la victime, peut–être pour simuler une menace avec arme.

Cette bavure dramatique fait suite à de nombreux autres cas qui ont déclenché des soulèvements dans certaines villes des Etats-Unis, notamment après la mort de Michael Brown à Ferguson.

Attention, la vidéo suivante peut être choquante.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !