Etats-Unis : les Californiens votent contre le retour de la "discrimination positive" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etats-Unis : les Californiens votent contre le retour de la "discrimination positive"
©ROBYN BECK / AFP

Un autre vote

Etats-Unis : les Californiens votent contre le retour de la "discrimination positive"

Le 3 novembre, les électeurs californiens votaient aussi sur plusieurs sujets de référendums et ont, entre autres, rejeté une proposition rétablissant la "discrimination positive."

Il n'y a pas que l'élection présidentielle dans la vie... Et encore moins aux Etats-Unis, où les électeurs, lorsqu'ils sont appelés aux urnes, votent pour plusieurs élections à la fois, de la présidentielle jusqu'à des référendums locaux. C'est ainsi que cette semaine, les Californiens se sont prononcé contre une proposition  rétablissant l’"affirmative action", c'est-à-dire la discrimination dite "positive" pour les femmes et les minorités dans les services gouvernementaux, les universités et l’attribution de marchés publics.

A une nette majorité (53,1 % contre 46,9 %), ils ont refusé le retour de cette discrimination qui avait été interdite dans les admissions et le recrutement par un référendum d’initiative populaire adopté en 1996 par 55 % des électeurs. Elle indique clairement qu'il est interdit pour les universités de prendre en compte les facteurs de race, de sexe ou d’ethnicité dans les admissions. Après la Californie, huit autres Etats américains avaient pris une telle mesure. 

Tout ce que la Californie compte comme politiciens de gauche, mais aussi la chambre de commerce, des équipes de sport, des hommes d'affaires... soutenaient le texte. Leur argumentaire se base notamment sur des statistiques qui montrent qu'après la fin de la discrimination positive, en 1996, le taux d’admission des Noirs et des Latinos a baissé de moitié dans les deux universités les plus prestigieuses de l’Etat : Berkeley et UCLA (Los Angeles). Il est passé de 50% en 1994 à 20% en 1998.

A l'inverse, parmi les opposants au retour de cette mesure figurent les Asiatiques, qui estiment que l’affirmative action est vue comme "une tentative à peine voilée de limiter la réussite des Asiatiques" qui représentent 20% des lycéens mais 40% des inscrits à l'université. 

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !