Etats-Unis : le chômage à son plus bas niveau depuis décembre 2008 à 7,5% | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etats-Unis : le chômage à son plus bas niveau depuis décembre 2008 à 7,5%
©

Bonne nouvelle

Etats-Unis : le chômage à son plus bas niveau depuis décembre 2008 à 7,5%

Le taux de chômage officiel a reculé de 0,1 point par rapport au mois de mars, selon des chiffres publiés ce vendredi par le département du Travail.

Bonne nouvelle pour les Etats-Unis. Le département du Travail américain a en effet indiqué ce vendredi que le chômage a continué sa lente décrue aux Etats-Unis au mois d'avril. Il a ainsi reculé de 0,1 point par rapport au mois de mars pour atteindre 7,5% - données corrigées des variations saisonnières. Un chiffre plutôt bon puisque comme le précise le rapport mensuel du gouvernement sur la situation de l'emploi aux Etats-Unis, il s'agit du plus faible taux depuis décembre 2008.

Et les bonnes nouvelles ne s'arrêtent pas là. Le solde net des créations d'emploi a en effet connu un léger rebond puisque 165 000 nouveaux postes ont été créés aux Etats-Unis en avril alors que les analyses évoquaient plutôt 155 000 nouveaux emplois.

Ces nouveaux chiffres indiquent par ailleurs une légère hausse par rapport au mois précédent pour lequel le gouvernement a revu à la hausse le nombre d'embauches. En effet, alors que la première estimation évoquait 88 000 emplois créés, soit son niveau le plus faible depuis le mois de juin dernier, les chiffres revus à la hausse font état de 138 000 emplois créés.

La hausse de la population active mais aussi la baisse du nombre total de chômeurs aux Etats-Unis qui sont à présent 11,6 millions ajoutent par ailleurs aux bons résultats annoncés vendredi par le département du Travail américain. Le gouvernement a toutefois précisé que le taux d'activité, qui mesure la part des actifs dans la population en âge de travailler, est à son plus faible niveau depuis 1979 puisqu'il s'élève à 63,3%.

Lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !