Etats-Unis : L'équipe de campagne de Trump aurait eu des contacts répétés avec les services de renseignement russes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etats-Unis : L'équipe de campagne de Trump aurait eu des contacts répétés avec les services de renseignement russes
©

Collusion

Etats-Unis : L'équipe de campagne de Trump aurait eu des contacts répétés avec les services de renseignement russes

Selon les informations du New York Times, des appels interceptés montrent que des échanges ont eu lieu "dans l'année précédant l'élection".

Mise à jour 14h : Donald Trump a vertement répondu sur Twitter aux accusations. "Cette histoire connexion avec la Russie est une absurdité, c'est seulement une tentative pour couvrir les nombreuses erreurs commises par la campagne perdante d'Hillary Clinton", a-t-il affirmé. "Les médias répandant de fausses informations deviennent fous avec leurs théories du complot et leur haine aveugle."

Cela pourrait être une puissante déflagration pour Donald Trump. Alors que son secrétaire d'Etat à la défense a été contraint de démissionner en raison de ses échanges, début janvier, avec l'ambassadeur russe, alors qu'il n'avait pas de mandat officiel, le New York Times affirme que les collusions entre l'équipe Trump et la Russie seraient bien plus importantes.

Selon le journal, des appels ont été interceptés entre des membres de la campagne présidentielle (dont Paul Manafort, ex-directeur de campagne de Trump) et les services de renseignement russes, dans l'année précédant l'élection. Cette révélation est le fruit du travail du renseignement américain concernant l'enquête sur l'implication éventuelle de Moscou dans le résultat de l'élection. En revanche, l'article affirme qu'il n'existe pas de preuves concrètes d'une coopération entre les deux camps mais Donald Trump, tout comme Barack Obama, étaient au courant de ces échanges, à en croire CNN.

Paul Manafort a jugé "absurde" ces accusations, tout comme Kellyanne Conway qui lui a succédé et est désormais conseillère du président des Etats-Unis. Le renseignement américain va désormais chercher à découvrir si l'apparition de fausses informations sur Hillary Clinton et les piratages aient pu être le fruit d'une collaboration entre l'équipe de Trump et la Russie.

Lu sur le New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !