Etat islamique : son nouveau porte drapeau est un Australien de 17 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Au cours de derniers mois, plusieurs djihadistes d'origine occidentale avaient déjà été mis en scène dans des vidéos similaires.
Au cours de derniers mois, plusieurs djihadistes d'origine occidentale avaient déjà été mis en scène dans des vidéos similaires.
©

Embrigadement

Etat islamique : son nouveau porte drapeau est un Australien de 17 ans

Au cours de cette vidéo aussi improbable qu'inquiétante, le jeune homme aux cheveux roux et à la peau claire s'exprime en anglais au milieu de plusieurs dizaines de combattants du groupe, armes à la main.

Mis en scène il y a quelques jours dans une vidéo intitulée "Message de Moudjahid", un adolescent australien âgé de seulement 17 ans incarne la propagande de l'Etat islamique à travers le monde, après avoir assuré à sa mère qu'il partait pêcher.

Au cours de cette vidéo aussi improbable qu'inquiétante, le jeune homme aux cheveux roux et à la peau claire qui se présente sous le nom d'Abdullah Elmir (désormais surnommé Abu Khaled al-Australia), s'exprime en anglais au milieu de plusieurs dizaines de combattants du groupe, armes à la main.

"Nous continuerons à nous battre jusqu'à ce que le drapeau noir flotte dans tous les pays, jusqu'à ce que le drapeau noir flotte sur Buckingham Palace, jusqu'à ce que le drapeau noir flotte sur la Maison-Blanche" déclare l'adolescent dans une diatribe à l'encontre de la Grande-Bretagne, des Etats-Unis, et "spécialement" contre l'Australie, son pays natal, dont le Premier ministre Tony Abott a été cité directement par l'Etat islamique.

Au cours de derniers mois, plusieurs djihadistes d'origine occidentale avaient déjà été mis en scène dans des vidéos similaires, notamment un britannique et un français. Originaire de la banlieue de Sydney, le jeune homme avait quitté son domicile il y a quatre mois pour entamer un périple en Malaisie, en Thaïlande, puis en Turquie, avant de finalement prévenir sa famille une fois arrivé en Syrie.

"Nous sommes dévastés à l'idée de ne jamais plus le revoir. Nous espérons qu'il soit en sécurité et que le gouvernement australien nous aidera à le ramener" a déclaré un des membres de sa famille au quotidien Sydney Morning Herald.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !