Etat islamique : le groupe djihadiste pénètre pour la première fois à Damas | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Etat islamique : le groupe djihadiste pénètre pour la première fois à Damas
©Reuters

Avancée

Etat islamique : le groupe djihadiste pénètre pour la première fois à Damas

L'EI s'est emparé d'une grande partie du camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk.

L'État islamique poursuit son avancée. Si les médias relatent souvent les exécutions sanglantes du groupe djihadiste, il ne faut pas oublier que l'EI est engagé dans une guerre de terrain. Prendre des positions, entrer dans les grandes villes de Syrie et d'Irak, voilà aussi les buts de l'Etat islamique. Mercredi, pour la première fois depuis 2013, il a pénétré à Damas, fief du régime syrien. D'après les informations de reporters présents sur place, à l'issue d'un assaut éclair le groupe s'est emparé d'une grande partie du camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk.

Ce camp, situé à environ sept kilomètres du centre de Damas, comptait 160 000 habitants syriens et palestiniens avant le début du conflit en mars 2011, contre 18 000 actuellement. "Les combattants de l'EI se sont emparés de la plus grande partie du camp et sont arrivés à l'hôpital Palestine et la rue 15, au centre" a confirmé le directeur des affaires politiques de l'OLP en Syrie, Anouar Abdel Hadi.

Ils s'y seraient infiltrésà partir de la localité rebelle Hajar al-Aswad, contiguë au camp. Depuis quelques mois, l'émergence de l'EI dans le conflit syrien a compliqué la donne, car si le groupe extrémiste considère le régime de Damas comme son ennemi, il combat également les autres groupes rebelles. Dans un communiqué mercredi soir, l'Agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA) a demandé "fermement à toutes les parties (en conflit) d'assurer la protection des civils à Yarmouk, de mettre fin aux combats, et de revenir à une situation permettant à ses équipes d'aider les habitants".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !