Etat islamique : le contre-terrorisme belge annonce des attentats en France et en Belgique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Etat islamique : le contre-terrorisme belge annonce des attentats en France et en Belgique
©REUTERS / Dado Ruvic

Danger

Etat islamique : le contre-terrorisme belge annonce des attentats en France et en Belgique

Selon une note, obtenue par le journal La dernière heure, "des combattants de l’État islamique auraient quitté la Syrie afin de rejoindre l’Europe" et leur action "serait imminente."

La vague d'attentats qui touche les Etats-Unis et la France n'est peut-être pas terminée. Une note inquiétante de la cellule antiterroriste belge, avertit de la préparation d'attentats en Belgique et en France, selon les informations du quotidien belge La Dernière heure. "Des combattants auraient quitté la Syrie il y a environ une semaine et demie afin de rejoindre l’Europe via la Turquie et la Grèce, en bateau, sans passeport" affirme la note, destinée aux services de police. "Ces personnes se sépareraient en deux groupes, l’un pour la Belgique, l’autre pour la France, afin d’aller commettre des attentats par groupe de deux. Toujours selon les renseignements recueillis, ces personnes seraient déjà en possession de l’armement nécessaire et leur action serait imminente."

Concernant la Belgique, trois types de cibles seraient concernées : un fast-food américain, un centre commercial et un commissariat. Pour le contre-terrorisme belge, "il y a des cellules dormantes de l’État islamique en Europe (..) la France reste la cible de prédilection pour l’EI" mais "on ne peut exclure qu’elles pourraient exécuter un ou des attentats également en Belgique. (…) En cas de nouv(el)aux attentat(s), il(s) viserai(ent) à faire un maximum de victimes (et) pourraient également viser certaines infrastructures (communications, nucléaires...)"

Le directeur de L'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM) a néanmoins tenté de relativiser l'information. "Il s’agit le plus souvent d’informations brutes. C’est notre mission, en lien avec nos partenaires, de les contextualiser, de les analyser et de vérifier leur fiabilité."

En parallèle, un message de Mohamed Abrini, le terroriste de Bruxelles, a été intercepté, mardi, dans la prison où il est incarcéré, en Belgique. "Il y a quelque chose qui bouge en France" y avait-il écrit en arabe. La police a immédiatement été prévenue. Elle va pouvoir enquêter.

Lu sur DH.be

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !