Etat islamique : la Jordanie a bombardé des positions du groupe djihadiste | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
En Jordanie, l'exécution du pilote a entraîné une immense mobilisation populaire
En Jordanie, l'exécution du pilote a entraîné une immense mobilisation populaire
©Reuters

Riposte

Etat islamique : la Jordanie a bombardé des positions du groupe djihadiste

Ces ripostes sont intervenues jeudi soir en réponse à l’exécution du pilote jordanien brûlé vif dans une cage.

La Jordanie avait prévenu, elle est finalement passée aux actes. Jeudi soir, elle a bombardé des positions du groupe Etat islamique. Ces ripostes sont intervenues en réponse à l’exécution du pilote jordanien brûlé vif dans une cage. Vendredi, des manifestations sont attendues dans le pays en solidarité avec la famille de la victime.

"Des dizaines d'avions de chasse ont mené à une série de frappes contre des bastions de l'EI (...) et toutes les cibles été détruites. Des camps d'entraînement et des dépôts d'armes et de munitions ont été touchés", a indiqué l'armée jordanienne dans un communiqué. Mercredi, le roi Abdallah II avait expliqué les opérations se poursuivront jusqu'à "l'éradication" de l'EI. Le lieu des frappes n'a pas été précisé.

Abdallah II et son épouse se sont rendus jeudi après-midi chez la famille du pilote à Karak, à 120 kilomètres d'Amman. La reine Rania a longuement parlé avec la famille du pilote, comme le montre des photos du Dailymail. Dans une première mesure de représailles, la Jordanie avait exécuté mercredi la djihadiste irakienne Sajida al-Rishawi, condamnée à mort pour des attentats meurtriers en 2005 à Amman, et Ziad Karbouli, un responsable irakien d'Al-Qaïda.

L'ensemble du peuple jordanien s'est mobilisé contre l'atrocité de l'exécution du pilote et a exprimé son soutien au gouvernement.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !