Etat islamique : la cellule secrète qui forme les terroristes en Europe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Amed Coulibaly, passé par la Syrie
Amed Coulibaly, passé par la Syrie
©

Procédure guidée

Etat islamique : la cellule secrète qui forme les terroristes en Europe

Selon Europe 1, les enquêteurs ont mis à jour le système "bien rôdé" pour former les apprentis-terroristes à commettre des attentats en Europe.

Des loups solitaires. Voilà comment ont longtemps été présentés les terroristes européens dont les attentats ont été revendiqués par l'Etat islamique. Aujourd'hui, les enquêteurs savent que tout est savamment organisé par une cellule présente en Syrie. Comme le révèle Europe 1, l'Etat islamique a mis en place tout un processus pour organiser des attentats.

Le procédé est simple. Le groupe terroriste a étendu un vaste réseau d'informateurs à la frontière entre la Turquie et la Syrie pour capter les européens qui décident de rejoindre les rangs des djihadistes. Ils passent ensuite par le "service 11," la police de Daesh qui choisit les candidats adéquates sans que l'on connaisse exactement les critères à  retenir. Ils sont alors encadrés par des cadres occidentaux comme Jihadi John, bourreau en chef de l'organisation.

Ils sont alors formés pour éviter d'être repéré par la police, une fois revenus dans leur pays d'origine. "On leur a donné des clés USB, sur lesquelles a été trouvée la recette de fabrication de bombes artisanales" explique Europe 1." Toutes les consignes leur sont transmises par messagerie cryptée en direct et en permanence." Une procédure bien rôdée dont les informations pourraient désormais aider à prévenir de prochains attentats. 

Etat Islamique : pourquoi la partie de billard à 3 bandes jouée par la Turquie démontre surtout le pragmatisme d’Erdogan
 

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !