Etat d'urgence : Hollande veut une prolongation de trois mois | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Hollande recevait ce vendredi les présidents de tous les partis à l'Elysée.
François Hollande recevait ce vendredi les présidents de tous les partis à l'Elysée.
©Reuters

C'est confirmé

Etat d'urgence : Hollande veut une prolongation de trois mois

"Le président de la République nous a confirmé que, dès le conseil des ministres du 3 février, plusieurs textes seraient déposés visant à la prolongation de l'état d'urgence pour trois mois", rapporte Pierre Laurent.

Lors d'un entretien ce vendredi avec le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, François Hollande a confirmé la prolongation de l'Etat d'urgence pour une période de trois mois. L'Elysée a confirmé cette information dans un communiqué vendredi soir. "Le président de la République nous a confirmé que, dès le conseil des ministres du 3 février, plusieurs textes seraient déposés visant à la prolongation de l'état d'urgence pour trois mois", a déclaré Pierre Laurent aux journalistes après son entretien avec le chef de l'Etat, évoquant également des textes concernant l'application de la révision constitutionnelle et sur la réforme de la procédure pénale. François Hollande recevait ce vendredi les présidents de tous les partis pour consulter les forces politiques autour de son projet de révision constitutionnelle qui prévoit l'inscription de l'état d'urgence dans la constitution.

Plus tôt ce vendredi, Manuel Valls avait déclaré, en marge du Forum de Davos, que la situation serait prolongée "le temps qu'il faudra". Il avait affirmé à la BBC que la France pouvait "utiliser tous les moyens" face au terrorisme "jusqu'à ce qu'on puisse en finir» avec le groupe Etat islamique (EI). "En Afrique, au Moyen-Orient , en Asie, nous devons éliminer Daech, expliquait-il à la BBC. "La guerre, c'est utiliser tous les moyens dans notre démocratie pour protéger les Français. Donc, c'est en effet l'état d'urgence. Nous allons voir si nous allons le prolonger", avait ajouté le premier ministre.

 

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !