Et la ville française la plus embouteillée est... Marseille | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Marseille, Paris et Bordeaux sont les villes françaises les plus embouteillées
Marseille, Paris et Bordeaux sont les villes françaises les plus embouteillées
©Flickr - Saturne

Champion des bouchons

Et la ville française la plus embouteillée est... Marseille

Le fabricant de systèmes de navigation GPS TomTom a dévoilé le classement des villes les plus embouteillées de France. Marseille, Paris et Bordeaux montent sur le podium.

Un classement avec des allures de Ligue 1. Mais contrairement au football, le leader a, ici, mauvaise réputation. En effet, le célèbre fabricant de systèmes de navigation GPS TomTom vient de lever le voile sur le classement des villes les plus embouteillées du pays. Largement en tête, Marseille domine les autres avec un niveau de congestion à hauteur de 40%. Pire, la cité phocéenne en profite pour se placer à la quatrième position des villes les plus encombrées au monde derrière, respectivement, Moscou, Istanbul et Varsovie. Les habitants marseillais auraient donc vu leur temps de trajet rallongé de 40% en moyenne en 2012. En moyenne, le conducteur phocéen perd chaque jour 46 minutes dans les bouchons. 

Derrière Marseille, Paris confirme sa réputation de ville à bouchons. Avec un taux de congestion de 33%, la capitale fait perdre en moyenne 40 minutes à ses conducteurs. Pour autant, Paris n'est pas la pire capitale d'Europe dans ce domaine. Enfin, Bordeaux complète le podium des villes les plus embouteillées de France avec 28% du niveau de congestion moyen en 2012. Suivent ensuite les villes de Nice (27%), Lyon (26%), Montpellier (25%) et Toulouse (25%). 

En revanche, il fait bon conduire dans la ville de Nantes où le niveau moyen de congestion n'est que de 20%. En Europe, certaines villes voient leur indice baisser par rapport aux autres années comme Varsovie, Parlerme, Rome, Hambourg et Bruxelles. À Paris, la situation reste stable depuis la dernière étude. Pour Moscou et Istanbul, le chiffre a été revu à la hausse. 

Lu sur TF1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !