Essonne : 500 chats ont mystérieusement disparu en deux mois | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Essonne : 500 chats ont mystérieusement disparu en deux mois
©

Minou

Essonne : 500 chats ont mystérieusement disparu en deux mois

Inquiets du nombre de disparitions de chats recensées dans le département de l'Essonne, quatre internautes se sont regroupés sur Facebook pour retrouver leur matou.

C'est en créant le groupe "Chats Disparus 91 Essonne" sur Facebook que Priscilla, Marion, Sébastien et Sophie ont réussi à compter le nombre de disparitions de chats à plus de 500. "C'était en février, raconte Priscilla. Un jour, Gizmo, mon chat de gouttières, n'est plus rentré à la maison." La jeune femme s'est ensuite lancé dans des recherches pour retrouver son animal de compagnie, aussi bien sur le terrain que sur Internet.

Les quatre amis redoublent d'efforts pour inciter les pouvoirs publics à agir et à trouver des solutions. Mais ils sont conscients que la cause n'intéresse pas nécéssairement les personnes haut placées : "Ce n'est qu'un chat, nous répond systématiquement la police et la gendarmerie quand on signale une disparition supplémentaire. Nous, propriétaires d'animaux, devons souscrire à nombre d'obligations : les faire tatouer, stériliser... Mais c'est purement gratuit. Quand il arrive quelque chose, tout le monde s'en moque et c'est scandaleux !"

Ce recensement massif a néanmoins permis au collectif d'alerter le procureur de la République. "Nous ne faisons aucune spéculation sur la cause de ces disparitions, explique Marion. Nous voulons juste savoir ce que deviennent nos chats". Mais le mystère des chats disparus ne s'arrêterait pas aux frontières de l'Essonne. Selon le Courrier des Yvelines, cette recrudescence de disparitions est aussi observée dans les départements voisins, dont les Yvelines.

lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !