Espagne : accident de train à Saint-Jacques-de-Compostelle, le bilan passe à 80 morts | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Jeudi matin, la presse espagnole montrait du doigt une vitesse excessive sur un tronçon limité à 80 km/h.
Jeudi matin, la presse espagnole montrait du doigt une vitesse excessive sur un tronçon limité à 80 km/h.
©Reuters

Catastrophe

Espagne : accident de train à Saint-Jacques-de-Compostelle, le bilan passe à 80 morts

Trois jours de deuil national ont été décrétés dans le pays. Une vitesse excessive serait à l'origine de ce drame, filmé par une caméra de surveillance.

Le déraillement d'un train survenu mercredi soir près de Saint-Jacques-de-Compostelle, dans le nord-ouest de l'Espagne, endeuille le pays. Trois jours de deuil national ont été annoncés par le Premier ministre Mariano Rajoy, tandis que sept jours de deuil ont été décrétés en Galice. Le bilan, longtemps resté à 77 morts, s'est malheureusement aggravé : trois victimes de plus ont été annoncées.

L'accident s'est produit à 20h42 sur un tronçon de voie à grande vitesse, dans un virage très prononcé à environ 4 km de la gare de la ville de pèlerinage. Plusieurs wagons sont sortis de la voie, s'empilant les uns sur les autres. Le train transportait 218 passagers et 4 employés de la Renfe (la société nationale d'exploitation des chemins de fer espagnols).

Cette vidéo (en cours d'authentification) montrerait le déraillement :

Plusieurs témoins ont raconté avoir entendu le bruit sourd d'une explosion, rapporte l'AFP. "J'ai entendu comme un coup de tonnerre. C'était comme s'il y avait eu un tremblement de terre", a dit Francisco Otero, 39 ans, qui se trouvait au moment de l'accident dans la maison de ses parents, le long de la voie. "Il y a un wagon déchiqueté", "les cadavres sont sur les voies", a raconté aussi le président de Galice, Alberto Nuñez Feijoo, décrivant une scène "dantesque".

Photo/Reuter

Jeudi matin, alors que les causes de l’accident n’étaient pas officiellement connues, la presse espagnole montrait du doigt une vitesse excessive sur un tronçon, empruntant un virage assez sec, limité à 80 km/h. "Grande vitesse mortelle", titrait El Mundo, selon lequel le convoi était engagé à 220 km/h dans cette courbe délicate. "L'excès de vitesse est une des hypothèses qui prédomine pour expliquer l'accident", écrivait le journal. "Les premières hypothèses vont en direction d'un excès de vitesse comme cause de l'accident", commentait aussi La Voz de Galicia, le grand quotidien régional.

"Une enquête est en cours et nous devons attendre" pour connaître les causes de l'accident, a déclaré un porte-parole de la Renfe. "Nous connaîtrons sous peu la vitesse quand nous analyserons les boîtes noires du train."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !