Éric Zemmour : enquête pour apologie du terrorisme classée sans suite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Éric Zemmour : enquête pour apologie du terrorisme classée sans suite
©Capture d'écran Dailymotion

The end

Éric Zemmour : enquête pour apologie du terrorisme classée sans suite

En octobre 2016, le chroniqueur a déclaré "respecter" les djihadistes.

Le parquet de Paris a classé sans suite l’enquête pour apologie du terrorisme visant Éric Zemmour, ont annoncé mardi 17 janvier ses avocats. Pour cause, le parquet a jugé que l'infraction était "insuffisamment caractérisée". Les avocats du chroniqueur - Olivier Pardo et Laurence Dauxin - ont fait part dans un communiqué de leur "satisfaction" après le classement de cette procédure qui visait, selon eux, "injustement" leur client.

Des propos dénoncés par une avocate de victimes d’attentats

En octobre 2016, Éric Zeemour a déclaré dans une interview au magazine Causeur :"Je ne pense pas que les djihadistes soient des abrutis ou des fous, expliquait M. Zemmour au magazine. Et je respecte des gens prêts à mourir pour ce en quoi ils croient, ce dont nous ne sommes plus capables." À la question s'il respectait "des gens qui roulaient en camion sur des enfants", référence à l’attentat de Nice, le journaliste répondait : "Quand des gens agissent parce qu’ils pensent que leurs morts le leur demandent, il y a quelque chose de respectable (…). C’est ainsi, les humains sont complexes, donc combattons-les, mais arrêtons de les mépriser."

C'est à la suite de ces déclarations que le parquet de Paris avait décidé d’ouvrir une enquête pour apologie du terrorisme. Une avocate de victime d’attentats, Samia Maktouf, SOS Racisme et la Fédération nationale des victimes et d’accidents collectifs avaient également dénoncé ces propos auprès du procureur de la République de Paris.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !