Besson réclame le contrôle du réseau de Free Mobile | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Besson réclame le contrôle du réseau de Free Mobile
©

La saga continue

Besson réclame le contrôle du réseau de Free Mobile

Le ministre de l’Industrie, Eric Besson, a demandé à l’Arcep, l’autorité de régulation des télécommunications de vérifier le réseau du nouvel opérateur.

Dans une lettre du 25 janvier 2012, Eric Besson, ministre de l’Industrie et de l’économie numérique demande officiellement à l’Arcep, l’autorité de régulation des télécoms, de contrôler le réseau de Free Mobile. "En décidant de l'entrée d'un quatrième opérateur de réseau sur le marché français de la téléphonie mobile, l'objectif du gouvernement était d'introduire une concurrence effective et pérenne au service du consommateur. L'une des conditions de cette concurrence effective et pérenne est que le réseau de cet opérateur soit déployé et opérationnel, conformément à la décision d'attribution de cette quatrième licence", explique le ministre.

"Je vous serais reconnaissant de bien vouloir me confirmer le respect par l'opérateur Free Mobile de ses obligations en matière de couverture de la population et de la disponibilité du service résultant de son autorisation et permettant à cet opérateur de bénéficier d'un droit d'itinérance sur le réseau d'un opérateur mobile tiers (NDLR: Orange) afin de compléter sa couverture du territoire national", poursuit Eric Besson.

En milieu de semaine, l’Arcep avait été saisie par les syndicats CFE-CGC et Unsa sur le taux de couverture effective du réseau du nouvel opérateur "dans un souci de transparence et de sérénité".

Entendu ce mardi devant la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale, Xavier Niel, le patron de Free avait assuré que le réseau était bien en fonctionnement. Environ « 1.000 antennes sont actives », avait-il expliqué.

Lu sur le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !