Entreprise : l'absentéisme se stabilise sauf chez les jeunes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Absentéisme au bureau
Absentéisme au bureau
©Reuters

Présence

Entreprise : l'absentéisme se stabilise sauf chez les jeunes

Le 12e baromètre de l'absentéisme et de l'engagement montre une stabilisation sauf chez les moins de 40 ans où il augmente de 34% pour les arrêts de longue durée

 Le taux global d’absence des salariés s’est stabilisé en 2019 à 5,11 %, versus 5,10 % en 2018, après deux années de hausse. Ce qui correspond à 18,7 jours en moyenne d’absence par an et par salarié en France, soit 0,1 jour de plus seulement qu’en 2018 constate le Figaro à la lecture des résultats du 12e Baromètre de l’absentéisme et de l’engagement réalisé par le cabinet de conseil Ayming. L’absentéisme a nettement baissé dans plusieurs secteurs : le commerce (-9 %), l’industrie (-9 %) et la santé (-8%).

Au passage, le Figaro note, par ailleurs, que chez les fonctionnaires: la réintroduction du jour de carence produit déjà son effet sur l’absentéisme : en 2019, la Direction générale de l’administration (DGAFP) a recensé 920.000 jours d’absence, contre 990.000 en 2018. Et il faut ajouter pour cette année 2020 que "depuis le 1er septembre, les agents ne peuvent plus recourir aux autorisations spéciales d’absences lorsqu’ils sont empêchés de venir travailler". 

Par contre BFM TV, toujours selon le baromètre, constate que "Chez les moins de 40 ans, les arrêts de longue durée (plus de 90 jours) ont augmenté de 34% en deux ans".

Enquête réalisée en mars et avril auprès de 45.403 entreprises du privé employant 1,92 million de salariés et portant sur les arrêts maladie, accidents du travail et maladies professionnelles "dès le 1er jour d'arrêt".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !