Enquête au 36 Quai des Orfèvres : après les 52 kilos de cocaïne, la tonne de cannabis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Selon des informations du JDD, les policiers enquêtant sur le vol présumé de cocaïne par un brigadier des "Stups'" ont découvert "par hasard" lors d'une perquisition près d'une tonne de cannabis
Selon des informations du JDD, les policiers enquêtant sur le vol présumé de cocaïne par un brigadier des "Stups'" ont découvert "par hasard" lors d'une perquisition près d'une tonne de cannabis
©REUTERS/Christian Hartmann

Nouveau rebondissement

Enquête au 36 Quai des Orfèvres : après les 52 kilos de cocaïne, la tonne de cannabis

Selon des informations du JDD, les policiers enquêtant sur le vol présumé de cocaïne par un brigadier des "Stups'" ont découvert "par hasard" lors d'une perquisition près d'une tonne de cannabis.

Le lien entre les deux affaires n'est pas établi. Mais cela commence à faire beaucoup de grabuge pour la mythique institution qu'est le 36 Quai des Orfèvres. En effet, selon le Journal du Dimanche, au cours de leur enquête sur le vol présumé de 52 kilos de cocaïne dans les locaux de la police judiciaire, les policiers ont découvert "par hasard" lors d’une perquisition près d’une tonne de cannabis. 

Précisément, selon l'hebdomadaire, cette découverte a été faite après la fouille d’un box loué par un autre policier qui a été placé sous le statut de témoin assisté dans le dossier de la cocaïne volée.  Alors que des investigations  dans le quartier de "Chinatown" (XIIIe arrondissement de Paris) n’avaient rien donné, un chien spécialement dressé pour repérer la drogue avait marqué l’arrêt devant le local, avait expliqué la semaine dernière une source proche du dossier.

Selon le JDD, les policiers y alors trouvé "plus de 300 kilogrammes de résine de cannabis" et "plus de 600 kilogrammes supplémentaires" dans d'autres box loués par cette même personne. Une enquête a été confiée à l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRTIS) de la police judiciaire. Selon la source judiciaire, "il n’y a pour l’instant aucun lien d’établi" avec l’enquête sur le vol de cocaïne qui vaut à un brigadier de 33 ans des Stups d’être mis en examen et écroué. "On est vraiment pour le moment dans le domaine du hasard".

 
lu sur le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !