Enlèvement de Berenyss : le suspect, confondu par son ADN, déféré et présenté à un juge d'instruction | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Le GIGN est intervenu car l'homme avait des antécédents de violences avec armes.
Le GIGN est intervenu car l'homme avait des antécédents de violences avec armes.
©Reuters

Fin de l'enquête ?

Enlèvement de Berenyss : le suspect, confondu par son ADN, déféré et présenté à un juge d'instruction

La fillette avait disparu jeudi pendant huit heures en Meurthe-et-Moselle.

L'enquête sur l'enlèvement de la petite Berenyss, 7 ans, a réalisé une "avancée déterminante" selon Yves Le Clair, le procureur de Briey, en Meurthe-et-Moselle. Et le magistrat de préciser que le ravisseur présumé de la petite Berenyss, interpellé ce mardi, va faire l'objet d'une information judiciaire. L'homme a été inteperllé à son domicile de Montzéville, près de Verdun par le GIGN, intervenu car le suspect avait des antécédents de violences avec armes. Selon RTL, l'homme serait âgé d'une cinquantaine d'années. iTélé ajoute qu'il s'agit d'un agriculteur, interpellé à son domicile dans la Meuse. Le suspect a été confondu par son ADN.

Lors d'un point presse donné à 11h30, Yves Le Clair a annoncé : "À l'issue de sa garde à vue, il sera déféré et présenté à un juge d'instruction dans le cadre d'une information judiciaire qui va être ouverte des chefs d'enlèvement et de séquestration avec libération avant le septième jour et d'agression sexuelle sur mineure". Puis, il a précisé : "En effet, si la victime n'a pas subi des violences au sens commun du terme, le comportement du mis en cause lorsqu'il l'a retenue peut recevoir cette qualification d'agression sexuelle, c'est-à-dire d'actes contraires à la pudeur de la victime mettant directement en cause son corps".

Les analyses ont "permis d'isoler sur les vêtements et les sous-vêtements de la victime un ADN masculin", qui a coïncidé avec celui effectué sur le suspect "à l'occasion d'une très récente plainte en cours d'enquête pour des faits d'agression sexuelle sur des membres de sa famille", a précisé le procureur. La gendarmerie pourra enfin déterminer ce qui s’est passé pendant les huit heures où il a gardé la fillette. 

Lorsque la fillette avait été retrouvée, Yves Le Clair avait annoncé : "On avait bien affaire à un enlèvement". Berenyss avait été retrouvée saine et sauve, aux alentours de 23 heures, selon la gendarmerie. En "parfaite santé" elle n'avait pas subi de violences". La jeune fille a été déposée à Grandpré, dans le nord des Ardennes, à quelques heures en voiture de la maison de ses parents. 

Berenyss avait disparu vers 15 heures, jeudi après-midi alors qu'elle faisait du vélo sur la place du village de Sancy, au nord de Metz. Elle était devant le domicile familial lorsqu'elle a échappé à la surveillance de sa mère. Celle-ci s'était lancée à sa recherche mais n'avait pu que retrouver le vélo de de sa fille.

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !