En pleine épidémie "zika," les femmes sont priées de retarder leur grossesse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
En pleine épidémie "zika," les femmes sont priées de retarder leur grossesse
©Flickr/Esparta

Danger

En pleine épidémie "zika," les femmes sont priées de retarder leur grossesse

Le virus, propagé par les moustiques, présente un risque pour les nouveau-nés.

L'impuissance face au virus. Les Etats d'Amérique latine, confrontés au dramatique virus Zika, conseillent désormais aux femmes de retarder toute grossesse à plus tard. C'est par exemple le cas au Salvador où le gouvernement leur indique un report à 2018."Cela fait près de trente ans que le moustique tigre transmet des maladies à notre population et, depuis lors, nous le combattons, mais nous sommes en train de perdre la guerre contre lui", indique, de son côté, Marcelo Castro, Ministre de la santé brésilien, sur le site G1.

Le virus Zika, connu depuis 1947, n'avait jamais été observé sur le continent américain et les scientifiques ignorent comment il a pu se propager de la sorte. Toujours est-il qu'il représente une grave menace sanitaire, surtout pour les femmes enceintes car les nouveau-nés peuvent naître avec de sérieuses malformations : la microcéphalie. Il n'existe aucun vaccin ni même traitement pour cette maladie qui a touché 3 174 nourrissons en 2015, rien qu'au Brésil et qui continue de se propager rapidement dans tout le continent. Alors que les Jeux olympiques de Rio approchent, le pays se retrouve bien désarmé pour endiguer la maladie mais évacue l'idée que les JO puissent être impactés, dans une saison peu propice aux moustiques.

Le territoire français est aussi concerné puisque des cas ont été recensés en Martinique et en Guyane. La ministre de la Santé Marisol Touraine a appelé les femmes enceintes à adopter "des mesures de protection renforcées et consulter sans délai en cas de symptômes."

Lu sur Vox

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !