Manif pour tous : entre 80 000 et 500 000 personnes à Paris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Manif pour tous : entre 80 000 et 500 000 personnes à Paris
©Reuters

Le retour

Manif pour tous : entre 80 000 et 500 000 personnes à Paris

Entre 20 000 et 40 000 personnes ont défilé à Lyon, où une deuxième manifestation était organisée ce dimanche.

17h25 : La Manif pour tous a rassemblé 80 000 personnes à Paris selon la préfecture de police qui a souligné "beaucoup d'espaces entre les manifestants et des blancs parfois d'une centaine de mètres entre les différentes cortèges". Ce calcul est, selon la préfecture de police, le fruit d'un "double comptage irréfutable".

17h10 : Les organisateurs de la Manif pour tous revendiquent 500 000 manifestants à Paris.

16h40 : Selon la police, il y avait 20 000 personnes réunies dans le cortège lyonnais de la Manif pour tous. Les organisateurs ont eux annoncé 40 000 manifestants.

15h40 : Christine Boutin fait partie du cortège parisien.

15h30 : La tête du cortège arrive place Denfert-Rochereau. Pas un manifestant qui ne cite pas l'enseignement de "la théorie du genre" comme source mobilisation, indique France TV Info.

14h40 : Henri Guaino, Hervé Mariton, Yannick Moreau, Philippe Cochet, Jean-Frédéric Poisson, Philippe Gosselin, Marion Maréchal-Le Pen... Plusieurs élus UMP et FN sont venus apporter leur soutien à la Manif pour tous.

14h30 : Douze militants du mouvement étudiant d'extrême droite GUD (Groupe Union Défense) ont été arrêtés à Paris alors qu'ils s'apprêtaient à rejoindre le cortège. "Il y avait des craintes qu'ils viennent troubler" la manifestation, a expliqué un porte-parole de la préfecture de police.

13h15 : Le défilé se met en marche sur la place de l'Ecole militaire, à Paris, en direction de la place Denfert-Rochereau.


La "saison 2" de la Manif pour tous démarre ce dimanche. Des dizaines de milliers de personnes sont attendues à Paris et à Lyon. Leurs revendications ne sont plus centrées sur le mariage homosexuel, elles englobent ce que les manifestants appellent la "familiphobie" du gouvernement. Dans leur viseur : le projet de loi sur la famille. Ils s'opposent aussi à l'ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de femmes et de la GPA (gestation pour autrui). Deux projets qui ne figurent pas dans le texte qui doit être présenté en avril en Conseil des ministres.

L'ABCD de l'égalité, visant à lutter contre les stéréotypes entre filles et garçons à l'école, a aussi déclenché les foudres de l'associationElle réclame le retrait "immédiat" de cette expérimentation du ministère de l'Education en oeuvre dans dix académies. Cette semaine, de nombreux parents ont choisi de ne pas conduire leurs enfants à l'école pour marquer leur opposition à ce programme. "Pas touche à nos stéréotypes de genre !", s'insurge la Manif pour tous dans une affiche représentant un petit garçon épée à la main et une petite fille déguisée en fée.

Une semaine après la forte mobilisation contre le gouvernement, baptisée "Jour de colère", et les débordements qui ont suivi - 19 policiers blessés, 226 gardes à vue -, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a prévenu samedi qu'il ne tolérerait "aucun débordement" de la part des manifestants. Saisie par la préfecture de police de Paris, la justice a annulé la présence d'huissiers dans le cortège, auparavant obtenue par la Manif pour tous qui craignait "des interpellations en nombre (...) à l'aveugle contre d'honnêtes citoyens".

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !