En Californie, l'histoire de la gigantesque chasse à l'homme lancée contre un ancien flic<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Christopher Dorner est activement recherché par la police de Los Angeles
Christopher Dorner est activement recherché par la police de Los Angeles
©REUTERS/Handout

Arrête moi si tu peux

La police de Los Angeles a lancé jeudi une vaste chasse à l'homme pour retrouver un ancien officier soupçonné d'avoir tué trois personnes depuis dimanche en Californie.

Course-poursuite, agents du FBI, service de haute-protection... autant d'éléments qui rappellent un scénario hollywoodien à gros budget. Et pourtant, tout est bien réel. Et tout se déroule actuellement aux Etats-Unis. En effet, depuis ce jeudi, la police de Los Angeles (LAPD) a lancé une immense opération de chasse à l'homme. Son objectif : retrouver un ancien officier soupçonné d'avoir tué trois personnes depuis dimanche en Californie (ouest), dont un policier en service, ont annoncé les autorités. Christopher Jordan Dorner, c'est de lui dont il s'agit, a été renvoyé de la police en 2008 pour avoir fait de fausses déclarations sur l'un de ses supérieurs. Il a publié lundi un manifeste sur internet, dans lequel il affirme notamment vouloir "mettre un terme" à l'existence d'un ancien collègue, qu'il estime responsable de son renvoi.

Individu lourdement armé

Le LAPD, aidé du FBI, a précisé avoir placé sous haute protection plus de 40 personnes citées dans ce manifeste. Christopher Dorner est un réserviste de la Marine américaine de 33 ans, décrit comme un Noir d'1 mètre 80 et de 120 kilos. "Dorner est armé et extrêmement dangereux", a déclaré Charlie Beck, le chef du LAPD, lors d'une conférence de presse, précisant que le suspect avait "de nombreuses armes à sa disposition, notamment des fusils d'assaut". Preuve de l'inquiétude des autorités vis-à-vis du personnage :  une base militaire près de San Diego a été bouclée jeudi par les autorités, a précisé la police de la ville. Toutefois le chef de la police a refusé de préciser si le bouclage était lié à la chasse à l'homme mais a confirmé que la menace n'était pas limitée à la seule région de Los Angeles.

"C'est un acte de vengeance dirigé contre toutes les autorités de Californie du sud", a-t-il affirmé. L'ex-policier aurait commencé à mettre ses menaces à exécution dimanche, en tuant un couple, Keith Lawrence et Monica Quan --cette dernière étant la fille de Randy Quan, un officier à la retraite que Christopher Dorner juge responsable de son renvoi. Il est également soupçonné d'avoir tiré sur deux officiers à Riverside (à l'est de Los Angeles) dans la nuit de mercredi à jeudi, tuant l'un et blessant l'autre. Il aurait également blessé un autre policier dans un incident séparé. D'autre part, deux civils ont été blessés jeudi matin par la police, qui a tiré sur leur véhicule, identique à celui du suspect. "Je pense qu'il s'agit d'un cas tragique d'erreur d'identité", a indiqué Charlie Beck.

"Vous êtes une cible de choix"

Dans son manifeste, l'ancien officier affirme ne pas avoir peur de la mort, considérant qu'il est déjà mort une première fois après avoir été renvoyé de la police après trois ans et demi de service. "Je n'ai jamais pu avoir de famille à moi, donc je vais en finir avec la tienne", a-t-il écrit à Randy Quan. "Vous allez être surpris là où vous travaillez, vivez, mangez et dormez", a-t-il ajouté à l'adresse de M. Quan et d'autres personnes, dont l'identité n'a pas été révélée. Dans ce texte de 20 pages, publié par la chaîne ABC et plusieurs autres médias, il se déclare déterminé à blanchir son nom, estimant son renvoi injuste.

"Les attaques s'arrêteront quand la police rétablira la vérité sur mon innocence, PUBLIQUEMENT !!! (...) Je veux retrouver mon nom, point. Il n'y a pas de négociation possible", écrit-il. Christopher Dorner avait accusé l'une de ses supérieures, Teresa Evans, d'avoir frappé un suspect. Une commission d'enquête avait établi qu'il avait menti. Dans son texte au vitriol, le suspect vise aussi les lesbiennes. "Ces officiers lesbiennes à des postes de supervision, qui viennent au bureau avec l'unique intention de prouver leur autorité contre les hommes et de rabaisser les officiers masculins... Vous êtes une cible de choix", écrit-il. Charlie Beck a précisé que l'entraînement policier et militaire de Christopher Dorner le rendait particulièrement dangereux. "C'est extrêmement inquiétant", insiste-t-il.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !