Emmanuel Macron se pose en candidat "de la France qui travaille" et veut reconquérir les classes moyennes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron se pose en candidat "de la France qui travaille" et veut reconquérir les classes moyennes
©AFP

Rassembleur

Emmanuel Macron se pose en candidat "de la France qui travaille" et veut reconquérir les classes moyennes

Dans un long entretien accordé à l’Agence France-Presse, le candidat d’En Marche ! est revenu sur son programme.

Emmanuel Macron, le candidat des élites ? L'image est tentante et l'ancien ministre de l'Economie cherche activement à s'en débarrasser.  Dans un long entretien accordé à l'AFP ce mardi, le candidat d'En Marche ! a souhaité mettre en avant son programme en faveur des classes moyennes, qui pourraient se retrouver tentées par un vote Front national.

"Le cœur de ma volonté et de mon programme, c'est de refonder le contrat avec les classes moyennes. On est en train de les reconquérir, a estimé l'ex-patron de Bercy. "Je pense que le clivage droite-gauche s'est fracassé sur cette France périphérique. Parce qu'elles ont parlé aux deux autres France. La droite a parlé à la France qui réussit, la gauche a parlé à la France populaire, la plus en difficulté. Elles ont oublié les classes moyennes, qui sont la France qui travaille, la France qui se bat pour réussir, la France qui a construit notre histoire et est le socle même des projets et de l'identité de notre population". 

"Insécurité économique" ou "insécurité physique", le candidat veut combattre le  décrochage que les classes moyennes ressentent". L'ancien ministre souhaite également séduire l'électorat banlieusard en "redonnant leur chance" aux quartiers. "Je veux dans les quartiers remettre un imaginaire de réussite républicain". "Ce que veulent les banlieues, nos concitoyens, qu'ils soient de la France rurale, des villes moyennes, c'est accéder à leur part de réussite du pays. Or on ne leur a plus donné cette chance. Je veux leur redonner". 

Assumant totalement  une politique de "discrimination positive" envers les quartiers populaires, il propose notamment de verser une prime à l’entreprise qui recrute en CDI un habitant des quartiers prioritaires. S'il s'est dit contre le droit de vote aux étrangers, il propose de clarifier les règles d'accès à la nationalité française et a promis d'être "intransigeant" avec le "communautarisme".

Lu sur La Croix

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !