Emmanuel Macron n'a jamais pensé à démissionner | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron a expliqué qu'il réfutait toute démission à venir
Emmanuel Macron a expliqué qu'il réfutait toute démission à venir
©Reuters

C'est dit

Emmanuel Macron n'a jamais pensé à démissionner

Invité de BFMTV-RMC ce mercredi matin, le ministre de l'Economie a également affirmé qu'il fallait aller plus loin dans les réformes.

Emmanuel Macron a le vent en poupe. Dans les sondages, le ministre de l'Economie progresse régulièrement, au point d'en faire un recours pour 2017. Invité de BFMTV-RMC ce mercredi matin, il a laissé planer le doute sur une éventuelle candidature pour la présidentielle estimant que cette hypothèse relevait pour l'instant d'une forme "d'indécence dans la situation où je suis". Mais sans répondre directement. "Je ne suis pas obsédé par la présidentielle", a-t-il dit à Jean-Jacques Bourdin. 

A LIRE AUSSI - Macron candidat à la présidentielle ? Ce que trame le ministre de l'Economie pour 2017 (et les réseaux qui y pensent pour lui)

Puis Emmanuel Macron a expliqué qu'il réfutait toute démission à venir. "Non", il n'a jamais pensé à démissionner. "Quand j'ai quelque chose à dire, je le dit moi-même. Je ne parle pas par le biais des autres, je ne suis pas dans l'indécence qui consisterai à menacer de démissionner. Si j'étais dans cette situation, j'aurais une discussion avec le Président. Je suis au combat et je me bats dans le gouvernement de Manuel Valls", a-t-il soutenu ajoutant : "c'est indécent, c'est coquetterie, je ne suis pas un enfant gâté. quand on est ministre de la République, c'est le Président qui décide. On ne fait pas de chantage à la démission". Jugeant qu'il n'était pas en désaccord avec la politique menée par le gouvernement, il a assuré garder toute sa liberté.

Enfin, concernant les réformes, Macron a martelé qu'il "faut aller encore plus loin". "Je ne suis candidat à aucun poste ministériel, mais je suis farouchement attaché à la réforme radicale", a-t-il lancé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !