Elisabeth Borne : "150 agents de plus dans le service de sûreté de la SNCF dès l'an prochain" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Elisabeth Borne : "150 agents de plus dans le service de sûreté de la SNCF dès l'an prochain"
©Reuters

Les réactions de la matinée

Elisabeth Borne : "150 agents de plus dans le service de sûreté de la SNCF dès l'an prochain"

Et aussi : Marlène Schiappa, Maël de Calan, Florian Philippot...

Elisabeth Borne (RTL) : "Ce qui est aussi très important, c'est la présence des agents des entreprises, SNCF en l'occurrence. Il y aura 150 agents de plus dans le service de sûreté de la SNCF dès l'an prochain. Ces agents sont formés pour prévenir toutes les formes de violence, notamment sur les femmes" a explique la ministre des Transports. "Il y a 70.000 caméras dans les réseaux de la RATP et de la SNCF. Le président de la République l'a annoncé : on va continuer à déployer plus de caméras, on va aussi tester de la vidéo intelligente qui permet de détecter des comportements suspects dans les prochains mois."

Marlène Schiappa (Europe 1) : "Il y a bien évidemment un aspect pédagogique, symbolique. On sait qu'il n'y aura pas un policier derrière chaque harcèlement, ainsi l'idée c'est que les lois de la République française inscrivent noir sur blanc qu'il est interdit d'intimider des femmes dans l'espace public"

Maël de Calan (France 2) : "La droite modérée, c'est une droite attachée à une forme d'équilibre. Nous pensons que l'Europe est une nécessité vitale pour la France" a-t-il expliqué. "La droite modérée veut aussi répondre à l'islam radical par des solutions, pas par des slogans."

Florian Philippot (BFMTV) : "Si c'est pour des raisons politiques, c'est inadmissible" a jugé le président des Patriotes, interrogé sur la clôture des comptes bancaires du FN. Il s'est par ailleurs défendu de faire des attaques personnelles contre Marine Le Pen. "Le Front national est un adversaire politique comme les autres. Je le critique politiquement, je ne fais jamais d'attaques personnelles."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !