Electricité : pour les particuliers, les tarifs devraient augmenter de 6,8% à 9,6% cet été | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Les tarifs de l'électricté devraient augmenter de 6,8% à 9,6% cet été
Les tarifs de l'électricté devraient augmenter de 6,8% à 9,6% cet été
©Reuters

Encore un coup dur pour le porte-monnaie

Electricité : pour les particuliers, les tarifs devraient augmenter de 6,8% à 9,6% cet été

La Commission de régulation de l’énergie a en effet estimé mercredi que les tarifs réglementés devaient être revus à la hausse pour couvrir les coûts de production et de commercialisation d’EDF.

Cet été, la note sera salée et c'est encore une mauvaise nouvelle pour les consommateurs. Au début de l'année, selon des projections de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), il était établi que la facture moyenne d'électricité des ménages français devrait bondir de 30% d'ici à 2017. Et bien ce mercredi, cette même CRE a fait une annonce en ce sens. Dans un rapport mis en ligne, elle a indiqué que les tarifs réglementés de l’électricité devaient augmenter fortement pour couvrir les coûts de production et de commercialisation d’EDF, eux-même en forte progression.

Selon les calculs du régulateur, le tarif bleu d’EDF, destiné aux particuliers, devrait ainsi augmenter de 6,8% à 9,6% cet été, puis d’environ 3,2% en 2014 comme en 2015. Et comme si cela n'était pas suffisant, selon ces calculs, il faudrait en plus ajouter un rattrapage de 7,6% (qui pourrait être étalé dans le temps) pour compenser la hausse nettement insuffisante de ce même tarif l’an dernier.

Le gouvernement Ayrault avait décidé l’an dernier de limiter à 2% la hausse annuelle des tarifs réglementés de l’électricité, alors que la CRE avait préconisé une hausse bien plus élevée, et elle a de plus revu à la hausse les coûts d’EDF l’an dernier. Du coup, la CRE dit avoir constaté un écart de 1,47 milliard d’euros l’an dernier entre les recettes et les coûts d’EDF pour les tarifs réglementés.

D’après la CRE, ces augmentations permettraient de refléter la progression des charges d’EDF, en raison notamment de ses investissements croissants pour la maintenance et le renforcement de la sûreté du parc nucléaire hexagonal. Après une analyse approfondie, elle estime que les coûts de l’électricien historique ont augmenté de 5,1% par an entre 2007 et 2012 pour les charges fixes et variables, de 2,9% sur la même période pour les charges de capital, et de 6,3% pour ce qui concerne les dépenses commerciales. Dès lors, il est nécessaire de répercuter ces hausses. Et une nouvelle fois, c'est le consommateur qui trinque.

François Hollande, selon l'AFP, a exclu de rattraper "immédiatement" ce retard accumulé, tandis que la ministre de l'environnement Delphine Batho a déclaré qu'il n'était"pas question d'accepter" ces hausses.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !