La menace d'un retour d'El Niño fait trembler les marchés agricoles mondiaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La menace d'un retour d'El Niño fait trembler les marchés agricoles mondiaux
©

Danger !

La menace d'un retour d'El Niño fait trembler les marchés agricoles mondiaux

Le retour de ce phénomène climatique à l'origine de nombreuses catastrophes naturelles dans le monde, risque de faire grimper les prix des matières premières dans les mois à venir.

Le retour possible d'El Niño est surveillé de près par les météorologues et les experts des marchés agricoles mondiaux.Car ce phénomène climatique peut provoquer à l'est des sécheresses intenses, comme à l'ouest, des pluies torrentielles. 

Christopher Narayanan, le responsable des matières premières agricoles à la Société Générale prévient : « si les dernières mesurespersistent, nous voyons une menace supplémentaire sur les cultures mondiales dans les mois à venir ».

El Niño, causé par le réchauffement des eaux du Pacifique, menace sérieusement les perspectives de récoltes des céréales en Amérique, du cacao en Afrique ou du sucre en Asie. Et commence déjà à faire grimper les prix de ces matières premières. 

Par exemple en Afrique, les craintes d'un retour d'El Niño ont propulsé cette semaine les prix du cacao au plus haut. Du jamais vu depuis quatre mois, alors que la pluie fait déjà défaut en Côte d'Ivoire et au Ghana, les deux plus grands producteurs du continent.

Lescours de l'huile de palme en Malaisie sont à la hausse. En cause également, la perspective d'un nouveau El Niño. 

Par contre, les pluies que pourraient apporter El Niño aux Etats-Unis arriveraient trop tard pour changer la donne pour la récolte de maïs et de soja, déjà touchés par la sécheresse.

Selon l'économiste américain Allan D. Brunner, qui a étudié en 1998 les effets de El Niño sur les prix des matières premières, El Niño représentait environ 20 % de la hausse réelle des prix des matières premières. Et était responsable de 15 à 20 % de l'inflation des prix à la consommation dans le monde.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !