Egypte : de nouveaux affrontements ont fait plus de 70 morts samedi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Au moins 72 personnes ont été tuées samedi dans des affrontements au Caire entre pro et anti-Morsi.
Au moins 72 personnes ont été tuées samedi dans des affrontements au Caire entre pro et anti-Morsi.
©Reuters

Bain de sang

Egypte : de nouveaux affrontements ont fait plus de 70 morts samedi

Il s'agit des affrontements les plus meurtriers depuis la destitution du président Mohamed Morsi par l'armée, le 3 juillet.

Chaque jour, l'Egypte semble s'enfoncer un peu plus dans le chaos. Au moins 72 personnes ont été tuées samedi dans des affrontements au Caire entre les partisans et les adversaires de Mohamed Morsi. Communiqué par le gouvernement, ce bilan (auquel s'ajoutent plus de 400 blessés) est le plus meurtrier depuis la destitution par l'armée de l'ancien président, rapporte l'AFP. Le nombre de morts a suscité une vague d'avertissements au nouveau pouvoir, déterminé à mettre fin à la contestation des islamistes.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est dit "très inquiet" par cette dernière "explosion de violence", qui porte à plus de 300 le nombre de tués dans les troubles politiques en un mois. Il a aussi rappelé les autorités à leur "obligation morale et légale de respecter le droit de manifester de manière pacifique". En Egypte même, des personnalités de premier plan qui ont soutenu le renversement de Mohamed Morsi ont laissé percer leur inquiétude face au risque d'escalade entre l'armée et les islamistes.

Selon les autorités, les affrontements - dont les deux camps se sont rejeté la responsabilité - ont débuté samedi à l'aube lorsque la police est intervenue pour empêcher des manifestants pro-Morsi de bloquer un pont routier.

Lu sur Le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !