Edouard Philippe confirme l'achat de vingt Airbus A380 par Emirates | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Edouard Philippe confirme l'achat de vingt Airbus A380 par Emirates
©ERIC PIERMONT / AFP

Bol d'air pour Airbus

Edouard Philippe confirme l'achat de vingt Airbus A380 par Emirates

Airbus n'excluant pas, si la commande n'aboutissait pas, d'arrêter le programme A380.

Jolie commande pour Airbus ! Le Premier ministre Edouard Philippe, en visite aux Emirats Arabes Unis, a annoncé que la compagnie aérienne Emirates vient de signer un accord finalisant l'achat de vingt avions A380. Une option pour seize avions supplémentaires a été posée.

"A l'instant, j'ai assisté à la signature du contrat de cession définitive de 20 A380 Airbus, plus une option de 16 appareils", a déclaré le Premier ministre, lors d'un point presse. "C'est évidemment une excellente nouvelle pour l'industrie aéronautique française, pour l'industrie européenne dans son ensemble, et qui permet à Airbus d'envisager la poursuite de la production de l'A380 dans de bonnes conditions", a-t-il ajouté.

Le contrat a été signé entre le PDG d'Emirates, cheikh Ahmed ben Said al Maktoum, et le président d'Airbus pour l'Afrique et le Moyen-Orient, Mikail Houari.

Cette signature fait suite à l'annonce, le 18 janvier par Emirates, d'une commande portant sur 36 superjumbos, dont 20 fermes et 16 en option, pour une valeur de 16 milliards de dollars, au tarif catalogue. Cette annonce était un vrai soulagement pour Airbus qui, faute de nouvelles commandes, n'excluait plus d'arrêter le programme, dix ans à peine après la mise en service du premier A380 par Singapore Airlines.

Emirates est la compagnie aérienne qui possède déjà le plus grand nombre d'A380 : 101 sont en service et 41 sont commandés. Au total, 353 A380 ont été commandés.

5000 salariés d'Airbus travaillent sur le programme A380, sans compter les nombreux sous-traitants.

Lu dans Challenges

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !