Edouard Philippe a dévoilé un vaste plan d'investissement de 57 milliards d'euros | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Edouard Philippe a dévoilé un vaste plan d'investissement de 57 milliards d'euros
©JOEL SAGET

Le plan qui valait des milliards

Edouard Philippe a dévoilé un vaste plan d'investissement de 57 milliards d'euros

20 milliards d'euros seront notamment consacrés à la transition écologique, un axe considéré comme prioritaire par le gouvernement.

Des milliards d'euros pour relancer l'économie française. Le Premier ministre Edouard Philippe a dévoilé ce lundi le grand plan d'investissement, qui doit déployer au total 57 milliards d'euros sur cinq ans. Plusieurs axes ont la priorité du gouvernement : la transition écologique (20 milliard d'euros), la formation et l'éducation (15 milliards), l'innovation (13 milliards)  ou encore la transformation numérique de l'Etat (9 milliards).

Ce plan quinquennal – élaboré par l'économiste Jean Pisani-Ferry - doit permettre d'"amplifier l'effet" des "réformes économiques, fiscales, et sociales" du gouvernement, a estimé Edouard Philippe lors d'une présentation à la presse de ce rapport. "Au total, ce sont donc 57 milliards d'euros que nous engagerons, grâce à la mobilisation des budgets des ministères qui vont accorder plus de priorités à ces dépenses d'investissement, grâce au financement du troisième programme pour les investissements d'avenir et grâce à la mobilisation exceptionnelle de la Caisse des dépôts et consignations et de la Banque européenne d'investissement" a-t-il poursuivi.

En effet, pour financer ce plan, 12 milliards d'euros de crédits existants seront mobilisés, tandis que 45 milliards d'euros constitueront de nouveaux financements, selon le rapport.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !