Edouard Martin candidat : pour 52% des Français, c’est une "trahison" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
582% des Français estiment qu'Edouard Martin a trahi ses collègues syndicalistes
582% des Français estiment qu'Edouard Martin a trahi ses collègues syndicalistes
©REUTERS/Christian Hartmann

Sondage

Edouard Martin candidat : pour 52% des Français, c’est une "trahison"

Le syndicaliste de Florange conduira la liste socialiste aux élections européennes de 2014 dans la circonscription du Grand Est.

La candidature aux élections européennes d’Edouard Martin fait réagir. Depuis mardi soir, les critiques se multiplient à son encontre. "Traître", "menteur", "syndicaliste rose"... la classe politique a largement commenté cette candidature de l’emblématique leader syndicale de Florange. Mais qu’en pensent les Français ? Et bien majoritairement, ils sont du même avis que ce qui s’entend depuis mardi soir. En effet, à 52%, ils estiment qu’Edouard Martin a trahi ses anciens camarades ouvriers en se présentant en tant que tête de liste du Parti socialiste dans le Grand Est. C’est en tout cas ce que montre un sondage BVA pour i>Télé, CQFD et Le Parisien-Aujourd'hui en France diffusé samedi.

Au total, 52% des personnes interrogées jugent "qu'il a tort parce qu'il trahit ses camarades en rejoignant ceux qu'il a critiqués lorsqu'il était représentant syndical", 43% disent "qu'il a raison car cela lui donnera les moyens de défendre efficacement ses positions".

Face à cette salve de critiques Edouard Martin avait réagi mercredi midi. Dans une interview au Monde, il justifie sa candidature. "C'est le résultat d'un cheminement. Je n'ai jamais pensé fairede la politique. Je porte sur elle un regard très critique. Tant de violence, tant de mauvaise foi… Le PS a beaucoup insisté. Harlem Désir a voulu me rencontrer. J'ai fini par accepter. Il a été clair. Il m'a expliqué : "On attend de toi que tu mènes à Strasbourg le même combat qu'à Florange." Je lui ai dit que je n'avais pas l'intention d'adhérer au PS. Il m'a répondu que ce n'était pas un problème, que sa seule exigence était que, une fois élu, je rejoigne le groupe socialiste au Parlement européen. J'ai dit OK". A croire que ces explications n’ont pas convaincu les Français.

L'enquête a été réalisée par internet les 19 et 20 décembre auprès d'un échantillon de 987 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !