EDF prévoit au moins 4000 suppressions de postes en trois ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
En décembre 2015, la suppression annoncée de "1 500 à 2 000 postes" d'ici à 2018 avait déjà provoqué la colère des syndicats.
En décembre 2015, la suppression annoncée de "1 500 à 2 000 postes" d'ici à 2018 avait déjà provoqué la colère des syndicats.
©REUTERS/Benoit Tessier

Réductions d'effectifs

EDF prévoit au moins 4000 suppressions de postes en trois ans

Ces suppressions de postes se feront via des non-remplacements de départs à la retraite ou des départs anticipés.

Selon les informations de plusieurs sources syndicales citées par l'AFP, EDF compte supprimer au moins 4000 postes sans licenciement sur une période de trois ans. Ce chiffre correspond à 5,8% des effectifs d'EDF SA, qui emploie selon les syndicats environ 68 000 salariés. Une première source syndicale évoque "4 000 à 5 000" postes supprimés, alors qu'une seconde avance le chiffre de "4 100". Pour l'heure, la direction d'EDF n'a pas souhaité commenter cette information. 

Ces suppressions de postes qui se feront via des non-remplacements de départs à la retraite ou des départs anticipés doivent être évoquées jeudi prochain lors d'un comité central d'entreprise d'EDF SA. En décembre 2015, la suppression annoncée de "1 500 à 2 000 postes" d'ici à 2018 avait déjà provoqué la colère des syndicats. 

Pour le jour du CCE jeudi, un appel à la grève est déjà lancé par les syndicats CGT, FO et CFE-CGC pour protester notamment contre ces réductions d'effectifs. Pour les organisations syndicales, ce plan intervient "au plus mauvais moment", alors qu'EDF doit faire face à une concurrence de plus en plus pressante et gérer le problématique vieillissement de son parc nucléaire. 

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !