Economie : nouvelle baisse du moral des ménages en février | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Economie : nouvelle baisse du moral des ménages en février
©Reuters

Insee

Economie : nouvelle baisse du moral des ménages en février

L'étude mensuelle de l'Insee constate un « regain de craintes » sur le front du chômage et sur le pouvoir d'achat.

Plus de mauvaises nouvelles sur le front économique. L'étude mensuelle de l'Insee sur le moral des ménages accuse une baisse en février, l'indice de confiance baissant à 95 points. En cause ? Un « regain de craintes » sur le front du chômage et sur le pouvoir d'achat, selon l'Insee. 

En février, l'opinion des ménages sur leur situation financière personnelle s'est légèrement dégradée. « Les ménages sont nettement moins nombreux qu'en janvier à considérer qu'il est opportun de faire des achats importants », déclare l'Insee dans son communiqué. Sur le front de l'épargne, les nouvelles ne sont pas très bonnes non plus. « Les ménages sont de nouveau moins nombreux à considérer qu'il est opportun d'épargner », nous explique-t-on, même si l'opinion des ménages sur leur capacité à épargner à moyen terme est restée stable. 

L'Insee établit cet indicateur chaque mois sur la base d'une étude d'opinion, qui comporte deux grands volets : un sur l'opinion des ménages concernant leur situation financière personnelle, et un sur leur opinion de la situation économique générale. Le moral des ménages est un important moteur de l'économie, puisqu'il influe sur la consommation et l'épargne. 

A LIRE AUSSI : Plan d’urgence pour l’emploi : mêmes causes, mêmes effets ? François Hollande enterre son quinquennat en confirmant son erreur fondamentale de diagnostic sur l’économie française

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !