Echange tendu entre Sarkozy et Juppé au bureau politique des Républicains : "C'est ta façon de faire confiance..." | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Echange tendu entre Sarkozy et Juppé au bureau politique des Républicains : "C'est ta façon de faire confiance..."
©

Pas la fête

Echange tendu entre Sarkozy et Juppé au bureau politique des Républicains : "C'est ta façon de faire confiance..."

Les deux rivaux étaient réunis ce mardi soir et le sujet du programme pour l'élection de 2017 a notamment été abordé.

Ambiance tendue ce mardi soir. Alors que Nicolas Sarkozy et Alain Juppé étaient réunis au bureau politique du parti les Républicains, le sujet du programme pour l'élection de 2017 a notamment été abordé.

Et cette question a donné lieu à un échange assez vif entre les deux hommes. Le maire de Bordeaux s'est notamment inquiété de savoir comment ce programme, un socle programmatique, allait lier les candidats durant la campagne.

Alors que Nicolas Sarkozy avait déclaré lors du campus des jeunes républicains vouloir un projet qui engage tous ceux qui sont candidats, Alain Juppé a demandé des précisions. Soulignant qu'il trouvait "normal" que le parti élabore un projet commun, l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac a clairement signifié qu'il ne se sentait pas lié à ce dernier.

Le patron des Républicains a alors reculé. "Un corpus d’idées ne veut pas dire que tout le monde est d’accord sur tout. Nous sommes sur la même longueur d’ondes là-dessus, Alain." "Les réponses étaient induites, mais j’aime bien qu’elles soient formulées" a rétorqué Alain Juppé. "C’est ta façon de faire confiance… ", a répondu Nicolas Sarkozy

Depuis quelques semaines, la tension monte entre les deux candidats à la primaire de la droite et du centre. La semaine dernière, Alain Juppé s'est notamment opposé à Nicolas Sarkozy sur la question de l'immigration, estimant que son idée de centre de rétention à l’extérieur de l’Europe n'était pas réaliste.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !