Ebola en Espagne : trois autres personnes hospitalisées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'hôpital Carlos III à Madrid
L'hôpital Carlos III à Madrid
©Reuters

Epidémie

Ebola en Espagne : trois autres personnes hospitalisées

Lundi, les autorités espagnoles confirmaient la contamination par le virus d'une infirmière de l'hôpital Carlos III à Madrid, le premier cas en Europe.

La peur gagne Madrid après la contamination d'une infirmière par le virus Ebola. Cette aide-soignante était employée à l'hôpital Carlos III, l'établissement qui a accueilli un prêtre rapatrié du Liberia en août et un médecin rapatrié lui du Sierra Leone en septembre. Tous deux atteints du virus, ils étaient décédés après leur retour en Europe malgré les soins prodigués.

Mardi, trois autres personnes ont été hospitalisées. Il s'agit du mari de l'infirmière contaminée, d'un vacancier rentrant d'un pays d'Afrique de l'Ouest touché par l'épidémie et d'un autre membre du personnel de santé. Les autorités espagnoles précisent qu'il fallait désormais identifier comment l'infirmière avait pu contracter la maladie. D'autant qu'elle ne serait rentrée que deux fois dans la chambre du père Garcia Viejo, le missionnaire rapatrié du Liberia, dont une fois après sa mort.

L'Europe est particulièrement attentive à l'évolution de la situation. Le porte-parole de la Commission européenne a déclaré "qu'il y a eu effectivement un problème quelque part", malgré le protocole très strict imposé au personnel de santé de l'hôpital madrilène. La Commission européenne a demandé lundi "des éclaircissements" au ministère espagnol de la Santé.

A LIRE AUSSI - L'homme qui a découvert Ebola prévient dans une interview choc : "je crains maintenant une inimaginable tragédie"

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !