Ebola : Paris envisage des contrôles sur tous les vols en provenance de Guinée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
La ministre de la Santé, Marisol Touraine.
La ministre de la Santé, Marisol Touraine.
©Reuters

Fléau

Ebola : Paris envisage des contrôles sur tous les vols en provenance de Guinée

La France pourrait également envoyer des renforts sanitaires en Afrique de l'Ouest.

Après le rapatriement et le traitement d'une infirmière française mi-septembre et la suspicion d'un cas d'Ebola en France en fin de semaine dernière, le gouvernement avait annoncé un plan de prévention au virus : numéro vert, multiplication des moyens de prise en charge sur le territoire ou renforcement des contrôles... La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a réaffirmé la volonté de Paris d'œuvrer en ce sens.

Ce lundi, François Hollande a réuni le Premier ministre, Manuel Valls, ainsi que six membres du gouvernement pour faire le point sur le plan de prévention. "Nous réfléchissons à l'éventualité d'un développement des contrôles à l'arrivée des vols directs de Conakry (…) si la situation appelle ce type de mesure", a indiqué la ministre de la Santé. Elle a rappelé que d'importants contrôles étaient réalisés à l'embarquement. Marisol Touraine a martelé que le gouvernement informerait les Français en toute "transparence".

Cette déclaration fait écho au communiqué d'un syndicat d'infirmier SNPI-CFE-CGC dénonçant "l'omerta du gouvernement" : selon le syndicat, les infirmiers manquent cruellement d'informations. "Que faire quand un cas suspect se présente ? Dans les hôpitaux, nous avons du matériel d'isolement simple, mais pas adapté à un cas avéré d'Ebola. Où trouver le matériel, à qui s'adresser ?", s'interrogent les professionnels de la profession.

Pour tenter de limiter l'épidémie, la France réfléchit à envoyer des moyens humains et matériels supplémentaires en Afrique de l'Ouest et "tout particulièrement en Guinée", a précisé Marisol Touraine.

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !