Dupont de Ligonnès : il y pensait l'an dernier | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Dupont de Ligonnès :
il y pensait l'an dernier
©

De la suite dans les idées

Dupont de Ligonnès : il y pensait l'an dernier

Le meurtrier présumé évoquait déjà la possibilité de tuer sa famille dans un mail envoyé à sa maîtresse en janvier 2010.

Xavier Dupont de Ligonnès était travaillé par ses idées noires bien avant de passer à l'acte. Accusé d'avoir pris la fuite après avoir assassiné sa femme et ses quatre enfants à Nantes, le meurtrier présumé évoquait déjà la possibilité de tuer sa famille dans un courrier désespéré envoyé à sa maîtresse en janvier 2010. Il lui expliquait alors qu'il ne savait plus comment se sortir de sa spirale d'endettement :

"Et évidemment, je ne peux trouver personne pour m'avancer 25.000 euros.
Je n'en dors plus, je fais des insomnies presque chaque nuit avec des idées morbides (foutre le feu à la maison après avoir donné un somnifère à chacun, me foutre dans un camion pour qu'Agnès touche 600.000 euros), je me réveille tous les matins avec des crises d'angoisses insupportables dont certaines durent jusqu'à midi avec des difficultés à respirer et de la tachychardie."

Xavier Dupont de Ligonnès demande à sa maîtresse une nouvelle aide financière, quelques mois après lui avoir emprunté 50 000 euros. Elle a fini par porter plainte quand son ex-amant a tenté de la recontacter après la tuerie.

Lu sur RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !