DSK : le jour d'après | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'audience de Dominique Strauss-Kahn devait commencer à 17h30...
L'audience de Dominique Strauss-Kahn devait commencer à 17h30...
©Reuters

Justice

DSK : le jour d'après

DSK devrait se rendre rapidement à la rencontre de ses anciens collaborateurs du FMI. Des réactions contradictoires s'opposent toujours.

Mis à jour le 24/08 à 14h10

Une enquête sera ouverte à Pontoise après la plainte déposée par Nafissatou Diallo, qui accuse de subornation de témoin un adjoint au maire de Sarcelles. Ce dernier aurait fait pression sur une femme qui aurait répondu à un appel à témoin lancé par les avocats de la femme de chambre.

Selon RTL, DSK devrait se rendre mercredi ou jeudi devant ses anciens collaborateurs du FMI.

Les réactions se succèdent mercredi. A gauche, Jean-Luc Mélenchon regrette le "goût d'inachevé" laissé par l'abandon de la procédure pénale :

"On a l’impression qu’on n’a pas tranché sur des faits mais sur la crédibilité de cette femme. Il me semble que ce sont les faits qui comptent, quand bien même ce serait la pire menteuse du monde, elle ne mériterait pas d’être violée. [...] Je ne dis pas qu’elle a été violée."

Le quotidien britannique de gauche The Guardian a publié un éditorial extrêmement sévère envers les socialistes français :

"Dans quel monde vivent ces leaders socialistes ? Quiconque a lu le rapport original du rapport contre DSK et celui de 25 pages présenté au juge pour abandonner la procédure ne pourrait pas faire des remarques pareilles."

Le Guardian conclut en affirmant "qu'un Berlusconi suffit."

Mis à jour le 24/08 à 10h58

Les éditorialistes de la presse française estiment en majorité mercredi matin que DSK est blanchi mais pas innocenté. "Loin d’être blanchi, DSK va devoir désormais subir, comme une autre peine, le regard suspicieux de l’opinion publique", estime Le Figaro. Sévère, Le Monde avance "que l'emballement médiatique a incontestablement joué un rôle majeur dans la chute de DSK (... mais) il est surtout victime de sa propre imprudence."

Benjamin Brafman, l'avocat new-yorkais de DSK, s'est voulu ferme face à la procédure civile lancée par Nafissatou Diallo devant le tribunal du Bronx :

"Il faut qu'une chose soit claire pour les Français : DSK n'a aucune intention et n'a jamais eu aucune intention de lui donner de l'argent."

L'appel déposé par l'avocat de Nafissatou Diallo mardi ayant été rejeté, plus rien n'empêche Dominique Strauss-Kahn de récupérer son passeport et de quitter le pays. 

DSK, sa femme, sa fille et une dizaine de proches ont fêté sa victoire judiciaire mardi soir dans un restaurant italien de West Village. Cette fois ci il n'était plus question de coûteuses pâtes au truffes, mais de plats moins luxueux et moins chers que dans l'établissement où il avait célébré sa liberté conditionnelle en juillet.

Mis à jour le 23/08 à 18h27 :

Le juge Michael Obus a suivi l'avis du procureur Cyrus Vance en acceptant d'abandonner les poursuites pénales contre Dominique Strauss-Kahn. Il devrait récupérer son passeport d'ici au maximum trente jours. Il s'agit du délai dont dispose le tribunal pour examiner l'appel déposé par le camp Diallo. S'il est libre, il sera malgré tout tenu de se rendre à son procès civil. Il reste en effet poursuivi par Nafissatou Diallo, qui lui demande toujours réparation.

L'ancien directeur du FMI est ressorti libre du tribunal, sans faire de commentaire. Il a ensuite publié un communiqué dans lequel il remercie les personnes qui l'ont soutenu dans cette épreuve, tout en expliquant que son inculpation pour viol avait été "un cauchemar". Il déclare aussi être "impatient de rentrer en France."

DSK a fait une déclaration rapide en revenant devant sa maison de Tribeca :

"Je m'exprimerai plus longuement quand je serai de retour en France."

Le doute plane encore sur la stratégie de communication qu'il déploiera. Challenges croit en savoir davantage :

"Un mégaplan de communication est à l’étude. Avec une interview exclusive dans une dizaine de grands quotidiens du monde entier."

Et si l'affaire Nafissatou Diallo rebondissait en France ? C'est une hypothèse explorée dans Libération par l'avocat blogueur Maître Eolas. En effet, la justice française peut-être saisie de crimes commis par un Français à l'étranger. Il faudrait pour cela que deux conditions soient réunies : d'une part, que l'affaire n'ait pas été jugée. Or, l'abandon des charges par le procureur ne vaut pas un acquittement. D'autre part, il faudrait que la justice américaine ou la plaignante décident de saisir la justice française. 

Mis à jour le 23/08 à 14h45

L'avocat de Tristane Banon, David Koubbi, critique la décision de la justice américaine et s'en prend dans 20 Minutes aux réactions réjouies des amis de DSK :

"On est en train d’assister à une séance d’autocongratulation des amis de DSK. Je trouve ça d’une indécence crasse."

L'avocat de la jeune femme explique que, contrairement aux rumeurs, la plainte de sa cliente ne sera pas classée sans suite.

Dans la majorité, la réaction "heureuse" de Jean-François Copé tranche avec celle de sa collègue Françoise Hostalier, députée du Nord. Elle juge l'abandon des charges contre DSK "étonnant et très choquant".

Mis à jour le 23/08 à 10h55

Anne Mansouret, la mère de Tristane Banon, qui avait déposé une plainte pour tentative de viol contre DSK, probablement classée sans suite, s'est dite indignée mardi matin :

"Selon moi, il est présumé coupable de façon plus vraisemblable que Nafissatou Diallo est présumée manipulatrice et affabulatrice."

Les amis et camarades socialistes de Dominique Strauss-Kahn se sont montrés beaucoup plus réjouis face aux derniers développements de l'affaire.  "Je serais heureux de la liberté retrouvée de Dominique Strauss-Kahn et j'espère aussi que cessera une espèce de harcèlement médiatique", a déclaré Pierre Moscovici, qui exclut malgré tout un retour de l'ancien favori des sondages dans la primaire socialiste. Quant à Bertrand Delanoë, il s'est fendu d'un communiqué mardi matin pour exprimer sa "joie" et son "soulagement". 

Dans la majorité, Jean-François Copé s'est dit "heureux" pour Dominique Strauss-Kahn.

Publié le 23/08 à 4h50

Le procureur de New York a annoncé lundi, à son accusatrice, Nafissatou Diallo, avoir demandé que les poursuites contre DSK soient abandonnées. Malgré les protestations de l'avocat de la plaignante, cette demande, sauf improbable surprise, devrait être entérinée ce mardi par un juge new-yorkais. Maintenant que la justice américaine semble avoir tranché, tous les observateurs s'interrogent sur les intentions de Dominique Strauss-Kahn.

"Le procureur Cyrus Vance a refusé le droit d'une femme à obtenir justice dans une affaire de viol" a déclaré son avocat, en présence de sa cliente, à la sortie du bureau du procureur, lundi après-midi, à New York. Par contre les avocats de DSK se sont félicités de cette décision, dans un communiqué : "M. Strauss-Kahn et sa famille sont reconnaissants envers le bureau du procureur d'avoir sérieusement pris en compte nos préoccupations et d'avoir conclu de son propre chef que ce dossier ne pouvait pas aller plus loin".

Quelques heures après, le procureur a expliqué sa décision, estimant qu'il y a bien eu "une relation sexuelle non-consentie". La femme de chambre ayant ensuite menti, à plusieurs reprises, le procureur ne pouvait pas continuer à instruire, comme il l'explique dans un document de 25 pages transmis au juge. 

DSK devra toutefois, par ailleurs, faire face à la procédure civile lancée devant un tribunal du Bronx, devant lequel il sera appellé à donner sa version des faits, ce qu'il n'a jamais fait jusqu'à présent. Si la majorité du jury de cette instance est convaincue par Nafissatou Diallo, le tribunal pourrait décider le versement de dommages et intérêts par DSK à la plaignante. Cette procédure n'empêche pas DSK de circuler librement et de rentrer en France s'il le désire.

"«Nous sommes calmes et retenus depuis trois mois, donc on peut tenir vingt-quatre heures de plus»,glisse hier François Kalfon. Proche de DSK, ce socialiste résume l’état d’esprit des troupes de l’ex-directeur général du FMI et de tout le PS. L’extrême retenue est de mise. Difficile de se risquer au petit jeu des prédictions. Retour illico à Paris après cent jours d’exil ? Crochet par Washington pour parler à ses anciens collaborateurs du FMI. Grandes vacances loin du tumulte politico-financier… " se demande Libération dans son édition de ce mardi qui consacre deux pages à l'affaire avec un bandeau en haut de la Une dédiée à la Libye à laquelle le quotidien consacre ses dix premières pages.

Même traitement de la part du Figaro qui titre en bandeau "Le procureur de New York abandonne toutes les accusations contre Dominique Strauss-Kahn" avant d'expliquer en page intérieure : "’L'épreuve judiciaire dans laquelle Dominique Strauss-Kahn jouait sa liberté et son avenir va s’achever aujourd’hui devant le juge Michael Obus, de la Cour suprême de New York. Lors d’une ultime audience prévue à 11 h 30 (17 h 30 en France), le procureur de Manhattan, Cyrus Vance, va déposer une demande de non-lieu (motion of dismissal) concernant toutes les charges de tentative de viol, agression sexuelle et séquestration qui pesaient sur l’ancien patron du FMI."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !