DSK-Banon : agression reconnue mais classée sans suite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
DSK-Banon : agression reconnue
mais classée sans suite
©

Justice

DSK-Banon : agression reconnue mais classée sans suite

Le parquet de Paris vient de se prononcer dans l'affaire qui oppose Dominique Strauss Kahn et Tristane Banon : les faits sont prescrits.

[Actualisation 11h15]

L'avocat de Nafissatou Diallo compte utiliser le "mensonge de DSK" pour la procédure au civil lancée à New York. Thibault de Montbrial, avocat de l'ancienne femme de chambre du Sofitel juge "désastreuse" la décision du Parquet de Paris de classer sans suite les faits avérés d'agression sexuelle en raison du délai de prescription dépassé.

"M. Strauss-Kahn est pris en flagrant délit de mensonge. J'ai réécouté ce qu'il avait dit sur TF1 il y a quelques semaines. Il avait dit, je cite: 'Il n'y a eu aucun acte d'agression' à propos de . Il a parlé de faits imaginaires. Donc M. Strauss-Kahn a menti», a lancé l'avocat.

«Quand les avocats de Mme Diallo aux États-Unis, dans le cadre de la procédure américaine, intervieweront Dominique Strauss-Kahn, sous serment, dans le cadre de l'enquête au civil, ils ne manqueront pas de le mettre en face de son mensonge dans l'affaire de Mme Banon», a-t-il ajouté.

Tristane Banon accusait l'ancien directeur du FMI de "tentative de viol". Mais d'après le communiqué du parquet de Paris, "il ressort que si faute d'éléments de preuve suffisants, les poursuites ne peuvent être engagées du chef de tentative de viol, des faits pouvant être qualifiés d'agression sexuelle sont quant à eux reconnus". La plainte portée par l'écrivain est donc classée sans suite.

Car dans le droit français, une tentative de viol est prescrite après dix ans, alors qu'une agression sexuelle est prescrite trois ans après les faits. Dans ce cas précis, les fait ont été commis en 2003, il y a huit ans.

En septembre dernier, Tristane Banon déclarait que si sa plainte était classée sans suite, elle en déposerait une autre en se portant partie civile. Cette plainte entraînerait automatiquement la désignation d'un juge d'instruction.

L'avocat de Tristane Banon s'est réjouit que le Parquet indique "très explicitement" "qu'une agression sexuelle (a) bien été commise sur la personne de Tristane Banon -puisque les faits ont été reconnus par leur auteur, Dominique Strauss-Kahn aurait dû être jugé pour ce qu’il a commis. Il devra donc se satisfaire d’un statut 'd’agresseur sexuel non jugé' bénéficiant de la prescription applicable en la matière, lui permettant d’échapper à une condamnation pénale mais désormais pas à une suspicion légitime quant à son comportement vis-à-vis des femmes ».

La défense de l'ancien directeur du FMI estime quant à elle que leur client a été "blanchi". "Quand quelqu'un fait l'objet d'une plainte et que cette plainte est classée sans suite, ça veut dire qu'il n'y a pas lieu à poursuivre la personne. Cela s'appelle être blanchi", a déclaré Frédérique Beaulieu, avocat de DSK.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !