DSK : "La politique, pour moi, c'est du passé" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
DSK : "La politique, pour moi, c'est du passé"
©

The end

DSK : "La politique, pour moi, c'est du passé"

Après la diffusion d'une rumeur affirmant que Dominique Strauss-Kahn se serait vu proposer un poste de conseiller par le gouvernement serbe, l'ancien patron du FMI a corrigé le tir à la télévision russe.

Dans une interview donnée à la télévision russe « Rossia 24 », l’ancien patron du FMI a annoncé  très clairement que la politique était bel et bien fini pour lui, en déclarant : "la politique, pour moi, c’est du passé".

Dans cette interview, Dominique Strauss-Kahn commente la situation économique mondiale et l’affaire Snowden, mais il revient aussi sur son arrestation à New York en 2011 et ses ambitions passées - en particulier l'élection présidentielle de 2012. Aujourd’hui, l’homme semble avoir tourné la page et déclare souhaiter désormais se consacrer à ses nouvelles fonctions de conseil. "Aujourd’hui j’œuvre en tant que conseiller de gouvernements et de grandes entreprises dans de nombreux pays, dans tous les coins du monde : en Russie, en Afrique, en Amérique latine (...) J’essaie comme je peux de remplir mon rôle et de donner des conseils aussi pertinents que possible" - mais pas en Serbie, où sa présence était également relayée par une rumeur récurrente.

L’ancien homme politique reconverti en conseiller continue d’utiliser ses talents d’économiste : il a été nommé en juillet membre du conseil de surveillance de deux institutions financières détenues majoritairement par les pouvoirs publics russes : le Fonds russe des investissements directs (RDIF) et la Banque russe de développement des régions (BRDR). Il est également l’un des conférenciers français les mieux payés au monde.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !