Droit de vote des étrangers : 54% des Français disent oui | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Droit de vote des étrangers : 54% des Français disent oui
©

Plus de la majorité

Droit de vote des étrangers : 54% des Français disent oui

Selon un sondage Harris Interactive pour "La lettre de la citoyenneté" et "20 Minutes", l'écart de resserre entre pros et anti sur le droit de vote des résidents étrangers extra-communautaires.

Ce résultat est "une bonne nouvelle" pour François Hollande, analyse Jean-Daniel Lévy, directeur du département politique-opinion d’Harris Interactive, rappelant le fait que le président a fait preuve d'une attitude volontariste afin d’étendre le droit de vote aux étrangers.

Un sondage Harris Interactive pour "La lettre de la citoyenneté" et "20 Minutes" conforme que les Français restent en majorité favorables au droit de vote des résidents étrangers extra-communautaires. Ils sont 54% à se dire favorables, contre 42% qui y sont opposés. Mais l'écart diminue entre pros et antis : en 2011, ils étaient 59% pour et 39% contre.

L'opinion est divisée en fonction des sympathies partisanes. Parmi les sympathisants PS, 72% se disent pour le droit de vote des étrangers, contre 39% à l'UMP. "A gauche, certains, même si ils sont pour, se disent contre par peur que cette réforme ne crée de nouvelles tensions dans la société française", rapporte Jean-Daniel Levy.

Le président de la République a réaffirmé lors de sa dernière conférence de presse, qu’il soumettrait un texte sur l’extension du droit de vote aux élections locales au Congrès après les municipales de 2014. Et ce, bien que la gauche ne dispose pas de la majorité des 3/5es pour l’adopter.


Le retour du droit de vote des étrangerspar rtl-fr

Lu sur 20 Minutes.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !