Doubs : l'UMP se prononce en faveur du "ni-ni" pour la législative partielle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le Bureau de l'UMp s'est prononcé en faveur du "ni-PS, ni-FN".
Le Bureau de l'UMp s'est prononcé en faveur du "ni-PS, ni-FN".
©REUTERS/Benoit Tessier

Réponse de Normand

Doubs : l'UMP se prononce en faveur du "ni-ni" pour la législative partielle

Le bureau politique de l'UMP se prononce contre l'avis de son président Nicolas Sarkozy.

Ce sera finalement le "ni-ni" à l'UMP pour le second tour de l'élection législative partielle dans le Doubs. Le bureau politique du parti s'est prononcé en faveur d'une position qui ne penche ni pour le PS, ni pour le FN, qui s'opposeront dimanche prochain. Les instances du parti, dont sont membre François Baroin, Nathalie Kosciusko-Morizet, Xavier Bertrand, ou encore Thierry Solère, appellent donc ces électeurs à voter blanc ou à s'abstenir.

Cette décision, adoptée de justesse mardi soir par 22 voix contre 19, s'oppose à l'avis de Nicolas Sarkozy. Le président de l'UMP, qui s'exprimait un peu plus tôt dans la journée, avait expliquait vouloir que "les électeurs tranchent eux-mêmes", tout en disant non au FN. L'ancien chef de l'Etat avait également fustigé Alain Juppé qui lui avait déclaré que s'il était électeur de la 4e circonscription du Doubs, il voterait PS.

Dans son communiqué, le Bureau de l'UMP rappelle "que le Front National doit être combattu avec la plus grande fermeté". " Les idées de ce parti, sa volonté de monter les Français les uns contre les autres, l’absence de scrupules de ses dirigeants qui ont permis l’élection de François Hollande rendent impossible toute forme de complaisance pour aujourd’hui comme pour demain", concluent les instances du parti. 

Lu sur BFMTV.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !