Données privées utilisées à des fins publicitaires : amende de 150 millions de dollars pour Twitter USA | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Logo Twitter
Logo Twitter
©DR

Justice

Données privées utilisées à des fins publicitaires : amende de 150 millions de dollars pour Twitter USA

En 2013, Twitter a commencé à demander à ses utilisateurs un n° de téléphone ou un email par sécurité, mais a utilisé ces données à des fin publicitaires

La Federal Trade Commission (FTC) et le ministère de la Justice estiment que Twitter a violé un accord conclu avec les autorités écrit la BBC.

Twitter s'était engagé à ne pas donner d'informations personnelles telles que des numéros de téléphone et des adresses e-mail aux annonceurs. En 2013, Twitter a commencé à demander à ses utilisateurs un n° de téléphone ou un email par sécurité, pour leur permettre de récupérer leur compte en cas d'oubli de mot de passe ou autre problème.

Mais a utilisé ces données à des fin publicitaires pour que les publicités puissent être ciblées. "Cette pratique a touché plus de 140 millions d'utilisateurs de Twitter, tout en augmentant la principale source de revenus de Twitter." déclare Lina Khan, qui préside la FTC

La Federal Trade Commission (FTC) inflige donc une amende de 150 millions de dollars (140 millions d'euros) à Twitter. "Le ministère de la Justice s'est engagé à protéger la confidentialité des données privées des consommateurs", a déclaré Vanita Gupta, procureure générale associée des États-Unis.

"La sanction de 150 millions de dollars reflète la gravité des allégations contre Twitter, et les nouvelles mesures de conformité  qui seront imposées à la suite du règlement proposé aideront à prévenir de nouvelles tactiques trompeuses qui menacent la vie privée des utilisateurs."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !