Carlton : l'information qui pourrait plomber DSK | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Carlton : l'information 
qui pourrait plomber DSK
©

Justice

Carlton : l'information qui pourrait plomber DSK

Selon le Point, les trois juges qui enquêtent sur le dossier possèdent une botte secrète…

[Mis à jour le 27 mars à 16h25]

Dominique Strauss-Kahn devrait faire appel de sa mise en examen dans l'affaire du Carlton. Selon des informations du Point, les juges chargés chargés de l'affaire possèderaient une information gênante pour l'ancien directeur du FMI.

Les jeunes femmes et les hommes qui les rencontraient se retrouvaient aussi dans un appartement situé près de la Tour Eiffel et loué par un prête-nom. Ce prête-nom serait le même que celui de l'appartement du 13, rue Mayet, dans lequel Tristane Banon affirme avoir rencontré DSK.

Toujours selon les informations du Point, l'ancien directeur du FMI, se serait porté caution auprès d'Alex-Serge Vieux, le locataire officiel de l'appartement dans lequel avait lieu les soirées libertines, avec notamment des filles du réseau de Dodo la Saumure. Cela pourrait s'apparenter à de la complicité de proxénétisme.


[Mis à jour le 27 mars à 15h26]

Selon l'un des avocats de Dominique Strauss-Kahn, Me Henri Leclerc, "les infractions reprochées à DSK sont inexistantes". Pour lui, le dossier dans lequel Dominique Strauss-Kahn a été mis en examen "s'effondre immédiatement" s'il est soumis à un débat contradictoire.

"En réalité, il n'y a pas d'élément à charge contre DSK" a-t-il également déclaré.



Dominique Strauss-Kahn, auditionné hier par les juges lillois dans le dossier du Carlton, a été mis en examen pour "proxénétisme aggravé en bande organisée", un crime passible de la cour d'assises. Le proxénétisme en bande organisé est passible d'une peine maximale de vingt ans de réclusion criminelle et de 3 millions d'euros d'amende.

Cette mise en examen a été assortie d'un contrôle judiciaire sévère. DSK devra s'acquitter d'une caution de 100 000 euros et a interdiction formelle d'entrer en contact avec les autres mis en examen de l'affaire, les parties civiles ou la presse concernant les faits objets de la procédure.

Les magistrats lillois se sont référés explicitement à l'article 225-5 du Code pénal stipulant que "la prostitution est le fait par quiconque, de quelque manière que ce soit, d'aider, d'assister ou de protéger la prostitution d'autrui", comme l'a indiqué le procureur de Lille, Frédéric Fèvre, au Figaro.

L'audition, initialement prévue mercredi, a finalement eu lieu hier dans l'après-midi, pendant près de huit heures.

Me Richard Malka, l'un des avocats de Dominique Strauss-Kahn, a indiqué à la sortie du palais de justice que son client déclarait "avec la plus grande fermeté n'être coupable d'aucun de ces faits et n'avoir jamais eu la moindre conscience que les femmes rencontrées pouvaient être des prostituées."

L'implication de Dominique Strauss-Kahn dans le dossier du Carlton ne fait pourtant pas de doute pour les juges lillois qui estiment qu'il ne peut être considéré comme un simple client des prostituées mais a pris part au fonctionnement du réseau.

Selon une source judiciaire, "le curseur pouvait être difficile à placer. Au vu du dossier, les juges ont décidé que DSK avait une part importante de responsabilité, dépassant même la complicité."Les avocats de DSK ont annoncé vouloir saisir la cour d'appel de Douai pour annuler la mise en examen de leur client.

Mercredi s'ouvre par ailleurs pour Dominique Strauss-Kahn la première audience du procès civil que lui intente Nafissatou Diallo à New York.

Lu sur Le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !