Dominique Busserau critique la ligne droitière des Républicains et se met "en congé" du parti | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Dominique Busserau critique la ligne droitière des Républicains et se met "en congé" du parti
©Capture d'écran / Europe 1

Bye bye

Dominique Busserau critique la ligne droitière des Républicains et se met "en congé" du parti

"Aujourd'hui, je ne peux que constater que les propos tenus par certains porte-parole des Républicains pourraient être ceux du FN", explique-t-il.

Très critique des Républicains, depuis le choix de François Fillon pour la présidentielle puis l'élection de Laurent Wauquiez à la tête du parti, Dominique Bussereau annonce au JDD qu'il se mettait "en congé" du parti. "Aujourd'hui, je ne peux que constater que les propos tenus par certains porte-parole des Républicains pourraient être ceux du FN", explique-t-il.

Comparant la France à  l'Allemagne l'ancien ministre estime que l'UMP "était la CDU allemande: un mouvement rassemblant les différentes sensibilités de la droite et du centre", tandis que les Républicains s'apparentent désormais à "la CSU, sa branche conservatrice et droitière."

"Je ne vois plus d'amour de l'Europe. En revanche, j'entends chez certains, comme (le vice-président de LR) Guillaume Peltier, des appels au nationalisme et à se refermer sur nous-mêmes", souligne-t-il.

Pour autant, il ne rejoindra ni LREM ni les Constructifs mais promet de travailler avec Valérie Pécresse et Christian Estrosi, qui prônent une droite plus modérée. "Je verrai au moment de la campagne des élections européennes, en fonction du choix de ses candidats et des idées qu’ils porteront, si je peux encore voter pour ma famille politique. Sinon, je passerai de la mise en congé au départ définitif" explique-t-il.

Lu sur Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !