Djihadisme : 1 450 Français seraient en Syrie selon la commissaire européenne à la Justice | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Djihadisme : 1 450 Français seraient en Syrie selon la commissaire européenne à la Justice
©REUTERS/Stringer

De plus en plus

Djihadisme : 1 450 Français seraient en Syrie selon la commissaire européenne à la Justice

La commissaire européenne entend mettre l'accent "davantage sur la prévention que sur la répression".

Il y a quelques mois, Manuel Valls avaient indiqué que des centaines de Français se trouvaient en Syrie pour faire le djihad. Bernard Cazeneuve l'avait confirmé en avançant le chiffre de 1 000 Français. Ce lundi, dans un entretien publié par Le Figaro la commissaire européenne à la Justice, la Tchèque Vera Jourova va plus loin.

Pour elle, 1 450 Français figurent parmi les volontaires européens partis en Syrie rejoindre les djihadistes qui luttent contre le régime de Bachar el-Assad. "Au niveau européen, nous estimons les départs pour la Syrie à environ 5 000 ou 6 000 individus, dont 1 450 en France", a-t-elle indiqué.

La commissaire européenne entend mettre l'accent "davantage sur la prévention que sur la répression" pour ralentir le nombre de départs. "Pour 2015, nous avons dégagé un budget de 2,5 millions d'euros afin de proposer une formation à l'usage des personnels pénitentiaires et de probation ainsi qu'à celui des procureurs européens. (...) Nous voulons que l'échange d'informations s'intensifie entre Europol et Eurojust" a-t-elle encore expliqué. Vera Jourova prône l'union des services. "Des équipes d'investigation communes" doivent se créer "afin que procureurs et policiers de plusieurs pays de l'Union puissent travailler ensemble" ajoute-t-elle. La commissaire est favorable à la mise en place d'un procureur européen. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !