Distilbène : des risques transgénérationnels | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Distilbène : des risques transgénérationnels
©

Santé

Distilbène : des risques transgénérationnels

Les effets indésirables de l'hormone de synthèse destinée à prévenir les fausses couches se transmettraient aux petits-enfants des femmes concernées.

Le Distilbène a été prescrit aux femmes enceintes jusqu'au début des années 80 pour prévenir les risques de fausses couches.

On savait déjà que cette hormone de synthèse présentait des risques cancérigènes. On sait désormais, grâce aux travaux des équipes du professeur Charles Sultan au CHU de Montpellier, que les risques de malformation génitale des enfants se transmettent sur plusieurs générations.

Selon cette étude, les petits-enfants des femmes traitées sont plus susceptibles de souffrir d'hypospadias, une malformation caractérisée par une déviation de l'urètre qui nécessite une intervention chirurgicale lors de la première année du nouveau-né. En France, 160 000 enfants ont été exposés au Distilbène in utero.

Les médecins s'inquiètent au-delà de cette hormone de synthèse précise. ils expliquent en effet que les résultats de cette étude peuvent être extrapolés à d'autres perturbateurs endocriniens, notamment le Bisphénol A. Les chercheurs rappellent que l'analyse d'un cordon ombilical de nouveau-né recèle pas moins de 250 produits chimiques.

Lu sur le Midi Libre

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !