Ben Bernanke rassure les marchés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Ben Bernanke rassure les marchés
©

Méthode Coué ?

Ben Bernanke rassure les marchés

Le président de la Fed américaine a pourtant exclu toute relance monétaire. Le CAC 40 clôture la semaine à la hausse pour la première fois depuis cinq semaines.

Les marchés attendaient des décisions : il n’y en aura finalement pas. Dans un discours prononcé vendredi après-midi à Jakson Hole (Wyoming), Ben Bernanke, président de la banque centrale américaine (Federal reserve), s’est contenté d’appeler les élus à des mesures de relance budgétaire.

Estimant que les « bases de la croissance » étaient toujours là aux Etats-Unis malgré les mauvais chiffres publiés en début d’après-midi (la croissance du PIB américain a été revue à la baisse au deuxième semestre 2011), il a indiqué que la Fed ferait « tout son possible » pour garantir croissance et stabilité des prix, et s’est montré confiant dans l’amélioration de la situation au second semestre, ainsi que dans la capacité des Européens à surmonter la crise de la dette.

Mais l’annonce qui aura été retenue par les marchés est celle de la prolongation d’un jour supplémentaire de la réunion ordinaire du Comité de politique monétaire du 20 septembre prochain. Beaucoup de professionnels l’interprètent comme une volonté de laisser la porte ouverte à un nouveau stimulus monétaire pour relancer l’économie.

Après s’être montrés sceptiques, les marchés américains et européens ont finalement bien accueilli la prudence de M. Bernanke : le Dow Jones et le Nasdaq sont repassés dans le vert, tandis que le CAC 40 clôture sur un petit recul de 1,01%, qui ne remet pas en cause sa progression hebdomadaire de 2,3%, une première depuis cinq semaines.

Lu sur Les Echos

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !