Dieudonné : il traite Valls de "Mussolini moitié trisomique", il sera jugé pour injure | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Manuel Valls poursuit Dieudonné pour injure
Manuel Valls poursuit Dieudonné pour injure
©Reuters

Justice

Dieudonné : il traite Valls de "Mussolini moitié trisomique", il sera jugé pour injure

L'humoriste controversé a annoncé le week-end dernier qu'il renonçait à donner son spectacle "Le Mur", interdit par la justice pour ses sorties antisémites.

L'affaire Dieudonné n'en finit plus de rebondir. Ce vendredi, on a appris que l'humoriste allait être jugé par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir injurié Manuel Valls. Dans une vidéo mise en ligne sur YouTube le 29 août 2013, il qualifiait le ministre de l'Intérieur de "Mussolini moitié trisomique". Pour ces propos, Manuel Valls avait porté plainte pour "injure publique" en septembre 2013 et une enquête préliminaire avait été diligentée par le parquet de Paris le mois suivant, comme l'a révélé M6 vendredi.

Dans cette même vidéo, Dieudonné se moque de plusieurs autres membres du gouvernement comme que Pierre Moscovici, ministre de l'Économie, et Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères. L'humoriste  ironise notamment sur le supposé mauvais jeu de scène du ministre de l'Intérieur, qu'il qualifie aussi "d'acteur de film porno".

Fin décembre 2013, Manuel Valls avait annoncé qu'il étudiait "toutes les voies juridiques" pour interdire les "réunions publiques" de Dieudonné après des propos antisémites visant notamment le journaliste de Radio France Patrick Cohen, qui font l'objet d'une enquête à Paris. Le ministre de l'Intérieur avait aussi publié le 6 janvier une circulaire pour demander aux préfets et aux maires d'interdire les représentations du "Mur".

En conséquence, Dieudonné a annoncé le week-end dernier qu'il renonçait à donner son spectacle "Le Mur".

lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !