Deux fortes secousses ressenties dans le centre de l'Italie, gros dégâts et plusieurs blessés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Deux fortes secousses ressenties dans le centre de l'Italie, gros dégâts et plusieurs blessés
©

Frayeur

Deux fortes secousses ressenties dans le centre de l'Italie, gros dégâts et plusieurs blessés

Ces secousses interviennent deux mois après un tremblement de terre qui avait tué près de 300 personnes dans la même région.

Grosse frayeur en Italie. Ce mercredi soir, la terre a tremblé à plusieurs reprise dans le pays. Une première secousse de magnitude 5,5 a été ressentie dans le centre 19 h 10, y compris à Rome. Environ deux heures plus tard, à 21 h 18, un second tremblement de terre, d’une magnitude de 6,1, a frappé une nouvelle fois le centre de l’Italie, cette fois à 70 km environ à l’est de Pérouse, la capitale de l’Ombrie. Cette secousse a été ressentie de Trieste, sur la mer Adriatique, jusqu’à Naples, dans le Sud . Ces secousses interviennent deux mois après un tremblement de terre qui avait tué près de 300 personnes dans la même région.

"La situation est apocalyptique", a indiqué Marco Rinaldi, maire d’Ussita, une localité touchée. "Beaucoup de maisons sont écroulées, notre village est fini". Il a cependant précisé qu’il n’y avait probablement pas de victime. Il est possible que le premier tremblement de terre ait sauvé de nombreuses vies en poussant les habitants hors de leurs maisons avant la deuxième, plus destructrice. "En fin de compte, la situation n'est pas aussi catastrophique qu'on aurait pu le penser" compte tenu de la magnitude des secousses, a déclaré à la presse le chef de la protection civile, Fabrizio Curcio : "Quelques blessés et beaucoup de panique".

Quelques dizaines de personnes se sont rendus dans les hôpitaux de la région, pour des blessures légères ou des malaises. Toutefois, aucun cas grave n'a été signalé dans l'immédiat.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !