Dette grecque : Wolfgang Schäuble et Yanis Varoufakis affichent leurs désaccords | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Dette grecque : Wolfgang Schäuble et Yanis Varoufakis affichent leurs désaccords
©

Tic et tac

Dette grecque : Wolfgang Schäuble et Yanis Varoufakis affichent leurs désaccords

Le ministre allemand des finances recevait son homologue grec ce jeudi à Berlin. Après 2 heures de discussion, les 2 hommes ne sont pas parvenus à s'entendre.

Il n’y avait pas que la conférence de presse de François Hollande qui était attendue ce jeudi 5 février. A Berlin, Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des finances recevait Yanis Varoufakis, tout frais représentant de Syriza, et nouveau ministre des finances grec. Après un entretien de deux heures, les deux hommes ont pu afficher leurs désaccords de fond sur la résolution de la crise de la dette grecque. Alors que Yanis Varoufakis mettait directement en cause le diagnostic de crise européen, Wolfgang Schäuble se contentait de rappeler les règles issues des différents traités de l’union monétaire. Manifestement, les deux hommes ne parlent pas la même langue.

Les provocations n’ont pas non plus manqué de part et d’autre. Entre un ministre allemand qui insiste sur la responsabilité totale de la Grèce dans la crise qu’elle traverse, et un ministre grec qui a rappelé les conséquences de la crise des années 30 sur l’Allemagne, aucune avancée vers un accord entre les deux pays, et les autres pays de la zone euro, ne semble s’être dessinée.

Rendez-vous est donné le 12 février prochain à Bruxelles, où Angela Merkel et Alexis Tsipras devront se rencontrer pour la première fois à l’occasion du sommet européen regroupant les 28 membres de l’Union.

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

L’équation qui permet de comprendre que le remboursement de la dette grecque n’a aucune rationalité économique (mais une vraie utilité politique pour certains)La BCE met la pression sur la Grèce et s'attribue un rôle politique qu'aucun traité ne lui a jamais accordéGrèce : Barack Obama apporte son soutien à Syriza "La Grèce n'est pas une menace pour l'Europe" affirme Alexis Tsipras, François Hollande appelle au dialogue

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !